Le torchon brûle entre l'Afrique du Sud et Israël - Afrique - RFI

 

  1. 13:33 TU L'épopée des musiques noires
  2. 14:00 TU Journal
  3. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  4. 14:30 TU Journal
  5. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2S
  6. 15:00 TU Journal
  7. 15:10 TU Si loin si proche
  8. 15:30 TU Journal
  9. 15:33 TU Si loin si proche
  10. 16:00 TU Journal
  11. 16:10 TU Tous les cinémas du monde
  12. 16:30 TU Journal
  13. 16:33 TU Tous les cinémas du monde
  14. 17:00 TU Journal
  15. 17:10 TU Sessions d'information
  16. 17:30 TU Journal
  17. 17:33 TU Sessions d'information
  18. 17:40 TU Afrique presse
  19. 18:00 TU Journal
  20. 18:10 TU Sessions d'information
  21. 18:30 TU Journal
  22. 18:33 TU Sessions d'information
  23. 18:40 TU Orient hebdo
  24. 19:00 TU Journal
  25. 19:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  1. 13:33 TU La marche du monde
  2. 14:00 TU Journal
  3. 14:10 TU Atelier des médias
  4. 14:30 TU Journal
  5. 14:33 TU Atelier des médias
  6. 15:00 TU Journal
  7. 15:10 TU Tous les cinémas du monde
  8. 15:30 TU Journal
  9. 15:33 TU Tous les cinémas du monde
  10. 16:00 TU Journal
  11. 16:10 TU Si loin si proche
  12. 16:30 TU Journal
  13. 16:33 TU Si loin si proche
  14. 17:00 TU Journal
  15. 17:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  16. 17:30 TU Journal
  17. 17:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  18. 18:00 TU Journal
  19. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  20. 18:30 TU Journal
  21. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  22. 21:00 TU Journal
  23. 21:10 TU Orient hebdo
  24. 21:30 TU Journal
  25. 21:33 TU Le club RFI
Urgent

Le communiqué, signé par le chef d'état-major Nabéré Honoré Traoré, a été publié à l'issue d'une réunion des hauts gradés à l'état-major de Ouagadougou. «Le lieutenant-colonel Issac Zida a été retenu à l'unanimité pour conduire la période de transition ouverte après le départ du président Compaoré» par «la haute hiérarchie (militaire), après concertation à l'état-major des armées», peut-on lire. Le général Traoré, qui briguait aussi le pouvoir, reconnaît ainsi la victoire de son concurrent.

Dernières infos

fermer

Afrique

+ AFRIQUE Afrique du Sud Diplomatie Israël

Le torchon brûle entre l'Afrique du Sud et Israël

media La ministre des Affaires étrangères sud-africaine, Maite Nkoana-Mashabane (g) et l'ancien ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman (d). AFP&Reuters/Montage RFI

Frictions diplomatiques entre l’Afrique du Sud et Israël après les propos controversés de la ministre des Affaires étrangères sud-africaine la semaine dernière. Des dirigeants israéliens appellent les juifs d'Afrique du Sud à quitter le pays « avant qu'il ne soit trop tard ».
 

A l’origine de ce qui s’apparente à un début d’incident diplomatique, des propos polémiques tenus par la ministre des Affaires étrangères sud-africaine la semaine dernière. Maite Nkoana-Mashabane a pris position contre la colonisation israélienne en Cisjordanie, assurant notamment que « la lutte des Palestiniens est notre lutte ». Ces propos ont fortement déplu aux dirigeants israéliens.

« La dernière fois que j’ai regardé une carte de la Palestine, je n’ai pas pu dormir de la nuit », a notamment déclaré Maite Nkoana-Mashabane, exprimant son soutien à « la lutte »  des Palestiniens. La ministre a indiqué qu’elle souhaitait « ralentir et limiter » les contacts avec l’Etat hébreu. Et d'ajouter: « Actuellement, aucun ministre sud-africain ne se rend dans ce pays ».

« Surprise et indignation »

Ces propos ont provoqué la colère côté israélien. Avigdor Lieberman, l'ancien ministre israélien des Affaires étrangères, a accusé les dirigeants sud-africains d’entretenir « un climat anti-israélien et antisémite ». Lieberman a lancé un appel aux juifs d’Afrique du Sud sur Facebook, les incitant à quitter le pays « avant qu’il ne soit trop tard ».

Ces propos ont été jugés « alarmistes » par le conseil des députés juifs sud-africains, qui a tout de même exprimé « sa surprise et son indignation » suite aux propos de la ministre.

Finalement, la présidence sud-africaine a été obligée de réagir pour calmer le jeu jeudi et de rassurer la communauté juive d’Afrique du Sud, qui compte plus de 75 000 membres. Le secrétaire général à la présidence, le ministre  Collins Chabane, a assuré que « les juifs n’avaient rien à craindre en Afrique du Sud ».

Tout en précisant qu’il n’existait aucune interdiction officielle de se rendre sur le territoire israélien.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.