Libye: le Premier ministre évoque une possible intervention militaire étrangère

Un membre de la brigade libyenne «Tonnerre», à Benghazi, lors du déploiement de l'armée à Benghazi.
© REUTERS/Esam Omran Al-Fetori

Le premier ministre libyen, Ali Zeidan, a averti ce dimanche 10 novembre qu'une intervention étrangère serait possible sur le sol libyen si le chaos actuel ne cesse pas. Cette annonce intervient trois jours après des combats violents entre milices, en plein cœur de Tripoli.

Avec notre correspondante à Tripoli,

Une intervention étrangère en Libye ? C'est la menace évoquée par le Premier ministre, Ali Zeidan, lors d'une conférence de presse qu’il a tenue ce dimanche 10 novembre.

Trois jours après les violents affrontements entre milices rivales en plein coeur de Tripoli et quatre assassinats en moins de 24 heures dans l'est du pays, Ali Zeidan a prévenu : l'occident ne laissera pas la Libye devenir un foyer de violences.

« La communauté internationale ne peut pas tolérer un Etat, en pleine Méditerranée, qui est source de violences, de terrorisme et d'assassinats », a-t-il prévenu. Après avoir pris l'exemple de l'Irak, il a averti qu'il pourrait y avoir une « intervention de forces étrangères d’occupation » si les violences continuaient.

Chapitre VII de la charte des Nations unies

La Libye est toujours sous la résolution du chapitre VII de la charte des Nations unies, qui permet à la communauté internationale d'intervenir pour protéger les civils.

→ A (RE)LIRE : Pourquoi le Premier ministre Ali Zeidan a-t-il été enlevé ?

Ali Zeidan a appelé ses concitoyens à soutenir les efforts de la police et de l'armée et à rejeter les milices armées. « L'Etat libyen n'est pas encore construit. Nous avons besoin de temps », souligné le Premier ministre libyen, qui avait lui-même été enlevé pendant quelques heures par un groupe d'hommes armés dans un hôtel de luxe en plein centre de Tripoli, début octobre.