En Centrafrique, bilan mitigé pour le Conseil national de transition - Afrique - RFI

 

  1. 19:40 TU La bande passante
  2. 20:00 TU Journal
  3. 20:10 TU Couleurs tropicales
  4. 20:30 TU Journal
  5. 20:33 TU Couleurs tropicales
  6. 21:00 TU Journal
  7. 21:10 TU Accents d'Europe
  8. 21:30 TU Journal
  9. 21:33 TU Danse des mots
  10. 22:00 TU Sessions d'information
  11. 22:30 TU Sessions d'information
  12. 23:00 TU Journal
  13. 23:10 TU Autour de la question
  14. 23:30 TU Journal
  15. 23:33 TU Autour de la question
  16. 19:40 TU La bande passante
  17. 20:00 TU Journal
  18. 20:10 TU Couleurs tropicales
  19. 20:30 TU Journal
  20. 20:33 TU Couleurs tropicales
  21. 21:00 TU Journal
  22. 21:10 TU Accents d'Europe
  23. 21:30 TU Journal
  24. 21:33 TU Danse des mots
  25. 22:00 TU Sessions d'information
  1. 19:40 TU Mardi politique
  2. 20:00 TU Journal
  3. 20:10 TU Couleurs tropicales
  4. 20:30 TU Journal
  5. 20:33 TU Couleurs tropicales
  6. 21:00 TU Journal
  7. 21:10 TU Radio foot internationale
  8. 21:30 TU Journal
  9. 21:33 TU Radio foot internationale
  10. 22:00 TU Sessions d'information
  11. 22:30 TU Sessions d'information
  12. 23:00 TU Journal
  13. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  14. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

République centrafricaine

En Centrafrique, bilan mitigé pour le Conseil national de transition

media Alexandre Ferdinand Nguendet, president du Conseil national de transition en RCA. Laurent Correau / RFI

En Centrafrique, les membres du Conseil national de transition (CNT) ont officiellement mis fin, hier lundi 11 novembre, à leur session extraordinaire de travail, une session menée au pas de course depuis la fin du mois d'octobre et au cours de laquelle les conseillers ont eu à se prononcer sur trois textes fondamentaux : la feuille de route du gouvernement, le code électoral et le collectif budgétaire. En trois mois de session ordinaire et trois sessions extraordinaires, plusieurs textes ont été adoptés, mais le Conseil ne joue pas encore réellement son rôle de contrepouvoir. Premier bilan de cette institution qui avait provoqué la polémique lors de sa mise en place.

En République centrafricaine, après trois mois de session ordinaire et trois sessions extraordinaires , le rapporteur général du CNT, Thierry Patrick Akoloza, se dit satisfait du bilan de l'institution : « Ca a été dense en examen des textes sur la Cour constitutionnelle de transition avec le règlement intérieur du Conseil national de transition et la loi organique sur le Haut conseil de communication des transitions. Et compte tenu de l’importance de certains textes que nous n’avons pas pu examiner pendant cette session ordinaire, le lendemain, le Conseil national était convoqué en session extraordinaire. Nous avons examiné trois textes : la feuille de route du gouvernement, le code électoral et le collectif budgétaire ».

Peu d'interpellations

Trois ministres ont également été interpellés en plénière par les membres du CNT. Trop peu si l'institution veut réellement jouer un rôle de contrôle de l'exécutif. Selon Gaétan Moloto, conseiller représentant à la préfecture de la Lobaye, dans le sud-ouest du pays : « C’est assez insuffisant au regard des exactions et des différentes questions d’insécurité qui prévalent dans la capitale et l’arrière-pays. Il aurait fallu interpeller beaucoup plus souvent le ministre de la Sécurité publique et de la Défense au niveau du Conseil national de transition ».

Problème d'organisation

Un autre conseiller déplore un problème d'organisation du calendrier de travail, peu d'activité au début de la session ordinaire et depuis onze jours, des sessions extraordinaires qui ont dû examiner au pas de charge des textes essentiels. Pour Bruno Gbiegba enfin, qui représente la société civile, il faut lutter contre l'absentéisme au sein du CNT et appliquer les sanctions prévues en cas d'absence.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.