Marie Darrieussecq reçoit le prix Médicis 2013 pour «Il faut beaucoup aimer les hommes»

Marie Darrieussecq et Toine Heijmans, les lauréats du prix Médicis 2013.
© AFP / Jacques Demarthon

Marie Darrieussecq a été couronnée ce 12 novembre au premier tour par le prestigieux prix Médicis. Il faut beaucoup aimer les hommes (P.O.L.) raconte l’histoire d’un couple composé d’une actrice blanche et d’un réalisateur noir qui se retrouvent à Hollywood et finissent par tourner un film ensemble, se questionner sur l’identité de la couleur de peau et s’affronter à l’ordre établi. Le prix Médicis étranger a distingué l’écrivain journaliste néerlandais Toine Heijmans pour son premier roman En mer (Bourgois).

Le titre et le thème du désir féminin sont empruntés à une citation de Marguerite Duras. Mais le récit porte à 100% la griffe Darrieussecq. Avec Solange dont on avait déjà fait connaissance dans Clèves, son roman précédent, Marie Darrieussecq a mis à nouveau de sa personne dans le récit. Cette fois-ci, Solange, d’origine basque comme Darrieussecq, est devenue actrice à Hollywood. Comme elle, Solange refuse d’accepter les tabous, les préjugés et les stéréotypes notoires de la société. À Hollywood ou au bord du fleuve Ntem où l’auteure situe son histoire d’amour entre Kouhouesso, le réalisateur noir d’origine camerounaise, et Solange, la blanche, elle laisse libre cours à ses mots trempés de l’imagination et de l’urgence de la création et de l’illusion pour pouvoir s’en sortir grâce au récit romanesque : « Elle l’a vu, lui et seulement lui. À une soirée chez Georges. La plupart des invités étaient là, mais elle a pénétré dans un champ magnétique (…) Elle était traversée par une onde qui la désintégrait. »

L'altérité et la passion amoureuse

Dans Il faut beaucoup aimer les hommes, il est beaucoup question de l’autre, de l’altérité, sans donner des réponses et entraver la poésie. Darrieussecq reste inventive. La finesse de son écriture évite le piège de la grandiloquence quand il attend le début du tournage et elle, le grand amour. Avec l’outil de l’empathie, l’écrivain et psychanalyste Marie Darrieussecq explore la psychologie féminine au moment de la passion amoureuse. Elle sonde aussi les facettes de la représentation quand elle nous met dans la position de celui qui observe la relation en train de se faire et se défaire. Un couple mixte qui se cherche à travers ses projections sur « l’Afrique », « le blanc » et « le noir » : « La plupart du temps, c’était la Française qu’on lui demandait : la salope pointue, la froide élégante, la romantique sacrifiée. En Chanel et Louboutin, qu’on lui offrait après le tournage. Lui, on lui demandait le dealer ou le boxer, parfois le flic ou le prêtre ou le meilleur ami du héros aux idées larges. »

L'écrivain et la notion de la notoriété méritée

Née en 1969 à Bayonne, Darrieussecq a rencontré très jeune le succès littéraire. En 1988, sa nouvelle La Randonneuse est distinguée par le prix du jeune écrivain de la langue française. Avec Truismes, son premier roman, publié en 1996, qui se vend à 300 000 exemplaires, elle fait sensation auprès du public et de la critique.

Reste la question de savoir si le prix Médicis a rempli son contrat en couronnant un écrivain qui fait depuis longtemps partie des noms qui comptent dans la littérature française. Fondé en 1958, le Médicis est censé distinguer chaque année le roman d’un auteur qui ne dispose pas encore de la notoriété qu’il mérite. Et qu’est-ce que l'on constate ? Jusqu’ici, malgré sa réputation et des traductions dans plus de 40 pays, Marie Darrieussecq n’avait jamais obtenu un grand prix littéraire en France.
______________________________________________
Il faut beaucoup aimer les hommes, de Marie Darrieussecq, éditions P.O.L., 320 pages, 18 euros.

"En Mer", roman couronné par le prix Médicis © D.R.

 

© Siegfried Forster / RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.