RCA : recrudescence d’incidents à Bangui impliquant la Seleka - Afrique - RFI

 

  1. 15:00 TU Journal
  2. 15:10 TU Radio foot internationale
  3. 15:30 TU Journal
  4. 15:33 TU Radio foot internationale
  5. 16:00 TU Journal
  6. 16:10 TU Priorité santé
  7. 16:30 TU Journal
  8. 16:33 TU Priorité santé
  9. 17:00 TU Journal
  10. 17:10 TU La bande passante
  11. 17:30 TU Journal
  12. 17:33 TU La bande passante
  13. 18:00 TU Journal
  14. 18:10 TU Sessions d'information
  15. 18:30 TU Sessions d'information
  16. 19:00 TU Journal
  17. 19:10 TU Grand reportage
  18. 19:30 TU Journal
  19. 19:40 TU Accents d'Europe
  20. 20:00 TU Journal
  21. 20:10 TU Couleurs tropicales
  22. 20:30 TU Journal
  23. 20:33 TU Couleurs tropicales
  24. 21:00 TU Journal
  25. 21:10 TU Grand reportage
  1. 15:00 TU Journal
  2. 15:10 TU Radio foot internationale
  3. 15:30 TU Journal
  4. 15:33 TU Radio foot internationale
  5. 16:00 TU Journal
  6. 16:10 TU Priorité santé
  7. 16:30 TU Journal
  8. 16:33 TU Priorité santé
  9. 17:00 TU Journal
  10. 17:10 TU La bande passante
  11. 17:30 TU Journal
  12. 17:33 TU La bande passante
  13. 18:00 TU Journal
  14. 18:10 TU Sessions d'information
  15. 18:30 TU Sessions d'information
  16. 19:00 TU Journal
  17. 19:10 TU Grand reportage
  18. 19:30 TU Journal
  19. 19:40 TU Accents d'Europe
  20. 20:00 TU Journal
  21. 20:10 TU Couleurs tropicales
  22. 20:30 TU Journal
  23. 20:33 TU Couleurs tropicales
  24. 21:00 TU Journal
  25. 21:10 TU Radio foot internationale
fermer

Afrique

François Bozizé République centrafricaine Seleka

RCA : recrudescence d’incidents à Bangui impliquant la Seleka

media Des armes saisies par la Fomac sur les ex-rebelles de la Seleka. Laurent Correau / RFI

En Centrafrique, la capitale Bangui est à nouveau plongée dans le trouble depuis plusieurs jours. Alors que les patrouilles conjointes de la Fomac, la Force multinationale d'Afrique centrale, avec la police et la gendarmerie avaient rendu les éléments de la Seleka moins visibles, on a assisté ces derniers temps à une série d'incidents impliquant des éléments de l'ancienne rébellion. Les derniers incidents ont eu lieu il y a deux jours.

Par deux fois, en deux jours, des violences impliquant des éléments de la Seleka ont eu lieu à Bangui.

Dimanche, un ancien de la garde présidentielle de François Bozizé a été tué par un ex-rebelle dans le quartier Miskine. Les habitants du quartier, en colère, ont élevé des barricades. Les Seleka sont arrivés et ont dispersé la population.

Lundi, c'est le vol d'une moto dans le quartier Castor par deux éléments de l'ancienne rébellion qui a brusquement fait monter la tension. Des jeunes ont poursuivi les voleurs jusqu’à ce que l’un d’eux se réfugie dans une concession. Assiégé, ce Seleka a dégoupillé et lancé une grenade. Selon un habitant joint par RFI, une enfant et un jeune du quartier sont décédés après avoir été blessés par des éclats.

« La situation à Bangui est en train de repartir dans le mauvais sens », explique une source au sein de la Fomac, avant de poursuivre : « Depuis deux semaines environ, les incidents avec la Seleka se multiplient. Quand ce n'est pas un assassinat, c'est un pillage ou un vol ».

« Nous avons assisté, ces derniers jours, à une augmentation du nombre de braquages de véhicules », explique pour sa part une source humanitaire. Et clairement, « ce sont des éléments de la Seleka qui font ces braquages », dit-elle.

RFI a joint un habitant du quartier Castor où l'élément de la Seleka a dégoupillé et lancé une grenade pour se protéger de la colère des populations qui l'avait pourchassé pour le vol d'une moto. Il nous fait part de ses explications.

Quand les enfants étaient en train de fuir, la fille a eu l’éclat de la grenade. On l’a transportée à l’hôpital. Elle est décédée ce matin.
Témoignage d’un habitant du quartier Castor 12/11/2013 - par Laurent Correau écouter


 

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.