Republier
Mali MNLA

Mali : le MNLA évacue les locaux du gouvernorat et de la radio-télévision nationale à Kidal

Un combattant du MNLA monte la garde devant l'assemblée régionale de Kidal, le 23 juin 2013.
© REUTERS/Adama Diarra

Remettre de l'ordre à Kidal, rétablir les instances étatiques dans cette ville du nord du Mali, c'était l'objectif des discussions qui se sont tenues il y a 8 jours à Ouagadougou. Au sortir de cette rencontre, sous la pression de la communauté internationale, le MNLA, le mouvement touareg, s'était engagé à libérer le gouvernorat et les locaux de la radio télévision malienne. Engagement dont la date butoir tombait ce jeudi 14 novembre. Quelques incidents ont été signalés sur place à Kidal aujourd’hui. Une partie de la population, notamment des sympathisants du MNLA, s'est opposée à la remise de ces locaux à l'Etat. Ce soir, selon un habitant de Kidal, les éléments de la Minusma sécurisent le gouvernorat et les locaux de l’ORTM, la radio-télévision nationale.

Ce jeudi 14 novembre au matin, des femmes et des jeunes se sont rassemblés devant le quartier administratif de Kidal. Des tentes ont été dressées dans la rue, en face du gouvernorat. Ces militants du MNLA sont en rupture avec leurs leaders politiques, ils refusent que leur mouvement libère ces bâtiments publics. « Des documents administratifs anciens ont été brûlés, des tables, des chaises ont été volées ou détruites, il n'y a pas eu de destructions graves », nous indique un responsable d'ONG qui était sur place.

→ A (RE) LIRE : Mali : Kidal sous tension après l’annonce de la rétrocession du gouvernorat à l’Etat

A la mi-journée, « les lieux ont été évacués par des éléments armés du MNLA », affirme un habitant. « La colère des populations est légitime, affirme un cadre du MNLA. Notre mouvement multiplie depuis des mois les concessions mais l'Etat malien ne bouge toujours pas. Nous avons expliqué aux habitants de Kidal qu'il fallait quitter les lieux, ce qu'ils ont fait ».

Une longue réunion s'est ensuite tenue en début d'après-midi sur la base française Serval pour tenter de trouver une solution. Signe que le dossier est sensible, le chef militaire de la Minusma, le rwandais Jean Bosco Kazura, et le numéro deux de l'organisation onusienne, le sénégalais Abdulaye Bathily, ont fait le déplacement depuis Bamako à Kidal pour discuter directement avec le MNLA

Selon nos informations, les leaders du mouvement azawadien ont donc remis ce jeudi le gouvernorat mais en échange ils souhaitent des compromis sur la sécurisation de Kidal. Quant à la radio, outil capital pour informer et passer des messages, le MNLA exige de pouvoir diffuser ses messages dès qu'il le souhaite.

→ A (RE) LIRE : Sécuriser le Sahel: mission impossible ? 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.