Nigeria : Boko Haram et Ansaru sur la liste noire des Etats-Unis

Capture d'écran d'une vidéo réalisée en octobre 2010 montrant des membres de la secte islamiste Boko Haram
© Photo AFP/HO

Les Etats-Unis ont inscrit le mercredi 13 novembre sur leur liste noire «terroriste» les groupes islamistes armés nigérians Boko Haram et Ansaru. Une décision prise pour épauler le Nigeria dans sa lutte contre ces organisations accusées d'être liées à Aqmi, al-Qaïda au Maghreb islamique. Le département d'Etat, qui a mis des mois à décider de classer ces groupes en tant qu'« organisations terroristes étrangères », a souligné que cette mesure devait s'accompagner, du côté d'Abuja, d'une stratégie plus large pour éradiquer l'extrémisme islamiste dans toute la région.  

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

L’annonce du département d”Etat a coïncidé avec le début d’auditions sur Boko Haram par une commission de la Chambre qui s’inquiète des activités terroristes du groupe qui auraient fait jusqu’à 3 000 morts. Les autorités américaines pensent que le mouvement est affilié à Aqmi et à des groupes extrémistes au Mali.

Si jusqu’à présent Washington n’avait pas placé Boko Haram sur sa liste noire, c’est qu’il le jugeait peu dangereux pour les Etats-Unis. Toutefois maintenant qu’il étend ses attentats au-delà des frontières nigérianes et s’attaque à des organisations internationales telles que l’ONU, les Américains s’inquiètent de devenir à leur tour la cible des jihadistes nigérians. D’où la décision de les mettre sur leur liste noire, ce qui les prive de tout accès aux banques américaines, de toute transactions commerciales avec les Etats-Unis, gèle leurs avoirs, et leur interdit l’entrée sur le territoire américain.

La décision prise hier par le département d’Etat a fait l’objet d’un débat ardu, certains redoutant que la mesure n’incite Boko Haram à attaquer l’Amérique, et d’autres craignant que cela n’encourage le gouvernement nigérian à accentuer une répression excessive dénoncée par les organisations des droits de l’homme.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.