Togo: le président Gnassingbé entame une visite en France

Faure Gnassingbé, le président de la République togolaise.
© Getty Images

Le président togolais, Faure Gnassingbé entame pour 48 heures une visite en France. Il sera reçu le vendredi 15 novembre à l'Elysée par le président français, François Hollande. Une visite consacrée aux questions de sécurité régionale. C'est la première visite du chef de l'Etat  togolais à l'Elysée depuis que son homologue français est au pouvoir. Selon les défenseurs des droits de l'homme, Paris doit rappeler à Lomé ses engagements en matière de justice. Beaucoup de crimes d'Etat commis au Togo sont en effet restés impunis.

Pour la présidence togolaise, une poignée de main entre Faure Gnassingbé et François Hollande sur le perron de l'Elysée est la moindre des choses. Lomé estime l'avoir mérité. En effet, le Togo participe activement au règlement des conflits régionaux en Afrique de l'Ouest. Que ce soit au Mali, en Guinée Bissau, il a dépêché des soldats dans les missions de maintien de la paix.

Par ailleurs, la marine togolaise joue un rôle actif dans la lutte contre la piraterie dans le golfe de Guinée. Lomé, bon élève régional, est aussi redevenu fréquentable ces dernières années. La commission « Vérité réconciliation » a permis un début d'examen de conscience sur les crimes commis sous le régime de Gnassingbé Eyadéma. Quant à la politique, les élections législatives de juillet dernier n'ont, certes, pas provoqué l'enthousiasme des Européens mais elles n'ont pas non plus soulevé de critiques virulentes.

Si Faure Gnassingbé a su avec habileté parer son régime d'habits plus convenables, pour les défenseurs des droits de l'homme, tout n'est pas autant rose. Si les violations des droits de l'homme ont diminué ces dernières années, la justice n'a pas fait son travail pour punir les auteurs des crimes les plus graves.

L'Acat, l'Action des chrétiens contre la torture, déplore notamment que depuis 2005 aucun militaire ou policier n'ait été condamné bien que la Commission « Vérité et réconciliation » ait dressé une longue liste de violation des droits de l'homme et de crimes commis.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.