L’ONU envisage de déployer 6 000 casques bleus en Centrafrique

L’envoi d’une mission de maintien de la paix de 6 000 à 9 000 hommes est l'option numéro 1.
© Pierre René-Worms/RFI

C’est l’une des options retenues par le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon. Il a présenté un rapport dans lequel il estime que la République Centrafricaine n’a pas les moyens de garantir la sécurité de l’Etat et de sa population sans un soutien international.

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour


C’est bien la solution casques bleus qui a la préférence de l’ONU en Centrafrique. Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'organisation consacre à l’envoi d’une mission de maintien de la paix de 6 000 à 9 000 hommes la partie la plus détaillée de son rapport.

Mais dans l’immédiat, ce sont d’abord des soldats de l’Union Africaine qui iront en Centrafrique. Les Africains ont fait savoir à l’ONU qu’ils voulaient d’abord tenter de régler le problème par eux-mêmes.

Dans son rapport, Ban Ki-moon estime que la Misca, la force africaine, mal équipée, mal entraînée, présente de nombreuses faiblesses et qu’elle aura besoin d’un soutien financier et matériel important. Mais, l’ONU doit aussi respecter la primauté de l’Union Africaine.

A (RE) LIRE : Centrafrique: l’Afrique centrale augmente son investissement dans la Misca

La force africaine comptera jusqu’à 3 600 hommes et sera officiellement déployée le 19 décembre. La France prépare une résolution pour la mettre sous mandat de l’ONU. Si la situation continue de se détériorer, les casques bleus pourront prendre le relais, mais sans doute pas avant une période de six mois. La France va également annoncer une augmentation de son contingent en Centrafrique qui devrait passer de 450 à 1 000 soldats.