Climat: la route vers la conférence de Paris en 2015 encore bien longue

Marcin Korolec, le président du COP 19, entouré de ses assistants, le 23 novembre 2013.
© REUTERS/Kacper Pempel

A Varsovie, la conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 19) s'est achevée samedi 23 novembre au soir. Après un marathon de négociations, un accord a été signé in extremis mais la route vers la conférence de Paris en 2015 qui prévoit une réduction à long terme des gaz à effet de serre est encore très longue.

Ce n'était pas évident du tout.
Seyni Naffo, porte-parole du groupe Afrique
24-11-2013 - Par Nicolas Sur

De l'aveu même de Connie Hedegaard, la commissaire européenne en charge de l'Environnement, la conférence de Varsovie a bien failli se terminer sans le moindre accord, tant certaines parties avaient des positions intransigeantes. L'Union européenne et les Etats-Unis ont dû âprement négocier avec la Chine et l'Inde qui sont toujours considérées comme des pays en développement.

Contributions au climat

A ce titre, ces dernières estimaient qu'elles n'ont pas à s'engager autant que les pays industrialisés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Au final, l'accord parle non pas d'engagement mais de contribution au climat qui devront toutefois s'appliquer à tous les pays sans exception. Ainsi, le Sud ne sera pas contraint de s’engager à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, mais encouragé à apporter sa « contribution » à la lutte contre les émissions de CO2.

Cent millions de dollars

A Varsovie, les pays industrialisés ont réaffirmé une aide financière aux pays du sud de 100 milliards de dollars d'ici à 2020 pour les aider à faire face au changement climatique. Pour autant, aucun calendrier de versement n'a été établi. Il est toutefois demandé aux pays développés de « continuer à mobiliser de l'argent public, à des niveaux supérieurs » à ceux de l'aide d'urgence décidée pour la période 2010-2012, soit 10 milliards de dollars par an. L'Afrique réclamait aussi un engagement ferme pour la capitalisation du « fond vert », qui gèrera les sommes débloquées pour la lutte contre les effets du changement climatique. Pas de chiffrage, mais pour Seyni Naffo, le porte-parole du groupe Afrique, l'accord retenu est tout de même intéressant.

On s'attend à une considérable capitalisation.
Seyni Naffo, le porte-parole du groupe Afrique
24-11-2013 - Par Nicolas Sur

Le rendez-vous polonais se termine donc sur une note mitigée. La prochaine conférence des Nations unies aura lieu en 2014 à Lima au Pérou, avant les accords mondiaux de Paris en 2015.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.