Soudan: polémique autour d'un bombardement au Nord-Darfour

Un universitaire et activiste américain pour la cause du Darfour a d'ores et déjà utilisé cette attaque présumée pour dénoncer l'inaction de la Minuad.
© UN Photo/Albert Gonzalez Farran

L'armée soudanaise a-t-elle bombardé des civils au Nord-Darfour dans la région d'el-Fasher ? C'est ce que rapportent des médias locaux. La mission de l'Union africaine et de l'ONU au Soudan, la Minuad, dit enquêter sur ces allégations.

C'est en rentrant du marché de Tabhit qu'un véhicule transportant quinze personnes aurait été touché vendredi dernier sur la route de Shangil Tobaya, où se trouve une base de la Minuad. Guiomar Pau, l'une des porte-parole de la Minuad à el-Fasher, relate :

« La Minuad a reçu des informations de source locale, comme quoi plusieurs personnes auraient été tuées dans ce qui pourraient être des raids aériens sur la route entre Tabhit et Shangil Tobaya, le vendredi 29 novembre. La mission est toujours en train de travailler pour vérifier la véracité de ces informations. »

Selon la radio soudanaise Dabanga, le bombardement aurait eu lieu à 3 kilomètres à peine de la base de la Minuad, et les proches auraient immédiatement prévenu la mission. « C'est faux », répond une source onusienne, expliquant que la mission n'avait été prévenue que samedi.

25 kilomètres à peine séparent les deux localités de Tabhit et Shangil Tobaya. « Un bombardement aérien, ça fait du bruit dans un espace aussi ouvert que celui-là », explique un responsable d'ONG, ajoutant que malheureusement, seule la Minuad était sur place et avait les moyens d'enquêter quand « elle s'en donnait la peine ».

Reprenant les informations de Radio Dabanga, Eric Reeves, universitaire et activiste américain pour la cause du Darfour, a d'ores et déjà utilisé cette attaque présumée pour dénoncer l'inaction de la Minuad dans une lettre ouverte adressée au président Barack Obama.