Nigeria : couvre-feu à Maiduguri, fief de la secte islamiste Boko Haram

Les agents de sécurité évaluent la scène d'un attentat à la bombe du groupe islamiste Boko Haram dans la ville de Kaduna au nord du Nigeria, le 8 avril 2012.
© REUTERS/Stringer

Les autorités nigérianes ont imposé, ce lundi 2 décembre, un couvre-feu total de 24 heures, à Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria et fief historique de Boko Haram. La ville est désormais coupée du monde. L’armée nigériane maintient ainsi la pression sur la secte islamiste et a pris cette mesure après une nouvelle attaque attribuée à la secte.

Maiduguri est coupée du monde. Personne n'entre et personne ne sort de la ville. L'aéroport est fermé et, selon des informations recueillies par RFI, les habitants restent terrés chez eux. Des informations au compte-goutte puisque les réseaux téléphoniques fonctionnent mal ou sont coupés.

Ce couvre-feu de 24 heures imposé, ce lundi matin, isole un peu plus la capitale de l'Etat de Borno qui vit déjà sous état d'urgence depuis le mois de mai, date à laquelle l'armée a lancé une vaste campagne contre la secte Boko Haram dans trois Etats du nord du Nigeria.

Le couvre-feu a été décidé après l'attaque lancée, dans la nuit de dimanche à lundi, contre une base de l'armée située près de l'aéroport. Les assaillants de Boko Haram venaient de l'extérieur de la ville. Ils ont été repoussés - d'après l'armée nigériane - et seraient partis en direction de l'ouest. Cette attaque surprise a fait des morts mais on ignore pour l'instant le détail des bilans.

Maiduguru est le fief historique de la secte radicale mais, depuis plusieurs mois, la ville vivait dans le calme - les militants radicaux s'étant repliés dans le sud de l'Etat de Borno, selon plusieurs sources. Le black out imposé sur Maiduguri « pourrait fort bien être prolongé », affirment les autorités. Le secrétaire du gouvernement de Borno précisait aujourd'hui qu'il serait levé « lorsque que la situation sécuritaire s'améliorera ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.