Forum économique de Bercy: Hollande souhaite que la France double ses échanges avec l’Afrique

Le président François Hollande, le 4 décembre à Paris, à l'occasion du forum de Bercy.
© Photo : Pierre René Worms

Un forum économique franco-africain s’est tenu, ce mercredi 4 décembre, au ministère français de l’Economie. 560 entrepreneurs français et africains, des ministres et des chefs d’Etat se sont rencontrés à Paris pour poser la première pierre d’un nouveau partenariat économique. Cet évènement précédait le sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique, qui débutera vendredi.

Sortir de l’économie de rentes et cesser de croire que la France est seule en Afrique. Voilà en substance l’enseignement à tirer de cette réunion.

En dix ans, la France a perdu la moitié de ses parts de marché en Afrique subsaharienne. La moitié également en Afrique francophone en vingt ans, selon la ministre française Nicole Bricq.

Concernant l'Afrique francophone, en Côte d’Ivoire par exemple, elles sont passées de 31% à 13% en deux décennies, toujours selon Mme Bricq. En parallèle, les parts de marché françaises stagnent complètement dans les pays anglophones. Elles sont de 1,5% au Kenya et de 3,5% au Nigeria.

L’Afrique, en revanche, n’a pas attendu que la France se réveille. Ce mercredi matin, la ministre des Finances du Nigeria, Ngozi Okonjo-Iweala, a prévenu : le continent a de nombreux prétendants. Car si la position française a été sérieusement mise à mal, elle le doit à la concurrence de la Chine, mais aussi de pays comme l'Inde, le Brésil et la Turquie.

Il va donc falloir que les anciens partenaires fassent un peu plus d’efforts. Mais ceci dit, plus de 250 entrepreneurs africains étaient présents, ce mercredi, et leur réaction au discours du président français François Hollande a été enthousiaste. Le volontarisme politique du président français a séduit les acteurs économiques africains.

Pour les patrons réunis à Bercy, la France a en effet changé - enfin - sa façon d'appréhender l'Afrique. Ce n'est donc pas un hasard si François Hollande a annoncé ce mercredi soir que la France s'engageait à doubler dans les cinq ans ses échanges avec l'Afrique, et ce dans les deux sens (exportations et importations).

La France a besoin de l'Afrique, a insisté le chef de l'Etat, précisant notamment que si son objectif était atteint, 200 000 emplois seraient créés dans l'Hexagone. L'Afrique est une chance pour la France, a par ailleurs insisté François Hollande ; un discours que les patrons africains n'ont pas l'habitude d'entendre.

Après ces belles paroles, le temps de l'action est cependant venu. Parmi les engagements pris, il y a celui de faciliter l'obtention des visas économiques pour les travailleurs étrangers. François Hollande a assuré qu'en 18 mois, le nombre de ces précieux sésames avaient augmenté de 13%. Un début.

La France doit doubler ses échanges avec l’Afrique. Des échanges dans les deux sens, exportations et importations. […] Il faut penser que les infrastructures qui vont être créées, que les technologies qui vont être partagées, que les formations qui vont être dispensées vont produire leurs effets.
Discours de François Hollande
04-12-2013 - Par Mounia Daoudi