Guinée: tensions sociales dans la cité minière de Fria

Dans une rue de Fria, avec au loin l'usine qui a fermé ses portes il y a 20 mois.
© AFP PHOTO/SEYLLOU

En Guinée, la situation reste tendue à Fria. Mardi, la ville située à environ 160 km à l'est de Conakry, a été le théâtre d'affrontements entre les forces de l'ordre et les manifestants, faisant six blessés légers d'après les hôpitaux. La tension s'accentue dans la cité minière depuis que son usine d'alumine a fermé il y a 20 mois. La ville, qui dépendait entièrement de l'activité de l'usine, continue de s'enfoncer dans la crise. Seul le centre-ville est alimenté en électricité.

Ce sont les femmes des travailleurs de l’usine qui ont lancé le mouvement. Dès lundi matin, elles se sont mobilisées en barricadant les principaux accès de la ville. Après avoir été violemment délogées des rues, elles ont manifesté spontanément, mardi 3 décembre dans la journée, avant d’être rejointes par d’autres mécontents, notamment des employés de l’usine.

Pas de salaires depuis 20 mois

Cliquez pour agrandir
Les affrontements ont lieu dans la petite ville de Fria, à l'est de la capitale Conakry. © Lonely Planet

En vingt mois d’arrêt du site et plusieurs promesses de reprise de l’activité, ils n’ont touché ni salaire, ni indemnité. « Nous n’avons rien à manger, nous ne connaissons pas notre situation administrative. Moi qui vous parle, j’ai 34 ans de service, je dois partir comme ça ? Sans aucun mot ? Sans aucune rémunération ? J’ai le droit, quand même, à la retraite. Si je suis licencié, j’ai le droit à mon règlement, quand même ! », s'insurge un employé. « On est obligé de manifester ! Ca fait combien de mois qu’on n’a pas d’argent ? 20 mois ! On est obligé, on est fatigué ! », se lamente un autre.

Des jeunes se sont heurtés aux gendarmes en essayant de forcer le passage vers les bureaux du préfet, injoignable de la journée. Les jets de pierre et les tirs de grenades lacrymogène se sont arrêtés à la tombée de la nuit, laissant place à un calme, précaire seulement, car tout le monde redoute une reprise des violences ce mercredi.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.