Nouvelles exactions en Centrafrique

Une milice anti-balaka, le 25 novembre 2013 dans le village de Mbakate, en Centrafrique.
© REUTERS/Joe Penney

La République centrafricaine est toujours en proie aux troubles. D'après le gouvernement centrafricain, des hommes armés ont attaqué un campement de peuls, lundi soir près de la commune de Boali 3, à environ 80 kilomètres au nord de Bangui. Les autorités qualifient l'agression de « sauvage » et l'attribuent à des miliciens anti-balaka, ces milices populaires créées en réaction aux attaques de membres de la Seleka, l'ex-rébellion centrafricaine. Au moins douze personnes sont mortes, de source médicale.

Il est environ 18 heures lundi soir, lorsqu'un campement d'éleveurs peuls situé à proximité de la localité de Boali, à 80 kilomètres de Bangui, est attaqué par des milices populaires. Celles que l'on appelle en République centrafricaine les anti-balakas - les anti-machettes, en Sangho. D'après plusieurs sources, les assaillants s'en prennent de façon indiscriminée aux hommes, aux femmes et aux enfants. Une douzaine de personnes sont tuées, dont des enfants. Une dizaine d'enfants sont aussi blessés à l'arme blanche. D'après le gouvernement, une femme enceinte a même été éventrée.

A (RE)LIRE : RCA: Bangui en proie aux violences

Mardi 3 décembre, le gouvernement a envoyé des renforts à Boali, pour tenter de calmer la situation. Le porte-parole du gouvernement est formel. Des consignes strictes ont été données aux militaires pour qu'ils assurent la sécurité de tous.

Opérations de représailles des ex-Seleka

Mais, selon une source indépendante, des membres de l'ex-Seleka, l'ancienne rébellion, ne respectent pas les ordres et mènent des opérations de représailles à Boali. Au moins une personne, un chef de quartier, aurait été tuée par balles. Deux journées de haine entre communautés, et « un scénario devenu malheureusement ordinaire », commente une source diplomatique. Scénario qui laisse entrevoir les difficultés que rencontre aujourd'hui la Misca, la force africaine d'intervention africaine, et que rencontreront, demain, les soldats français.

A (RE)LIRE : RCA : recrudescence d’incidents à Bangui impliquant la Seleka

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.