Pascal Canfin : «Les innovations sont les clés pour le développement durable»

Pascal Canfin, ministre chargé du Développement
© Creative commons/jeanfrancois beausejour

En amont du Sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique, la France a organisé le 5 décembre, à l’initiative du ministre du développement Pascal Canfin un grand événement destiné à soutenir et à aider à la diffusion d’innovations pour le développement durable. A l’invitation du ministre, 21 innovatrices et innovateurs sont venus à Paris pour présenter leurs projets.

Elle s’appelle Modesta Nyirenda. Au rendez-vous du Forum Afrique : 100 innovations pour un développement durable, organisé par le ministre français du développement Pascal Canfin, la jeune Botswanaise a fait sensation en présentant une invention révolutionnaire : la « Solar ear », un appareil auditif à faible coût, rechargeable à l’énergie solaire.

Pascal Canfin: «On a encore trop souvent... une image de l’Afrique comme étant peu portée vers l’innovation ce qui est totalement faux ! Au Kenya, à Nairobi, il est beaucoup plus facile de payer avec son téléphone portable qu’à Paris»
06-12-2013 - Par Anne-Cécile Bras

Il s’agit du premier équipement auditif générique, dix fois moins cher que la prothèse classique. Si l’innovatrice du Botswana a été longuement saluée par les participants au Forum et par le ministre en personne qui a dit dans sa synthèse de clôture tout le bien qu’il pensait de son appareil, c’est à la fois pour louer l’exceptionnel esprit d’inventivité de Nyirenda que pour attirer l’attention sur le sens de partage dont atteste le refus de la jeune femme de breveter son invention. D’ailleurs, l’entreprise botswanaise qui commercialise la « Solar ear » est aujourd’hui activement engagée dans le transfert de technologies vers les pays du Sud où les besoins sont immenses avec seulement 3% des mal-entendants appareillés.

21 inventeurs et 9 secteurs

Modesta Nyirenda était l’une des 21 innovatrices et innovateurs africains invités à venir présenter leurs initiatives au Forum Afrique qui s’est tenu à Paris le 5 décembre, en amont du Sommet de l’Elysée pour la Paix et la Sécurité. Ils sont venus des quatre coins du continent : Afrique du Sud, Botswana, Burkina Faso, Cameroun, Ethiopie, Ghana, Guinée, Kénya, Libéria, Madagascar, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger (2), Rwanda, Sénégal, Tanzanie, Togo (2) et Tunisie.

Leurs réalisations vont de l’appareil auditif à faible cout pour le Sud au biogaz à sac à

Le logo de l'événement © DR

dos, en passant par la fabrication du charbon écologique à partir des roseaux, la création d’une plateforme de communication et d’apprentissage numérique et l’attribution des codes-barres uniques pour assurer la traçabilité des produits, pour n’en citer que les plus spectaculaires. Ces réalisations concernent neuf secteurs (environnement, agriculture, santé et sécurité alimentaire, technologies de l’information et de la communication, innovations sociales, innovations financières, éducation et culture, appui aux entreprises et bien-être quotidien) considérés prioritaires par les spécialistes du développement. Elles témoignent du dynamisme intellectuel du continent africain.

Pascal Canfin: « Beaucoup de projets nous ont été soumis qui permettent de résoudre plusieurs problèmes en une seule fois… par exemple en Mauritanie…»
06-12-2013 - Par Anne-Cécile Bras

Selon la petite histoire, l’idée d’organiser un Forum consacré aux projets innovants africains est née lors des déplacements en Afrique de Pascal Canfin. « A chacun de mes déplacements en Afrique, je suis frappé, aime raconter le ministre, par le nombre d’entrepreneurs, d’agriculteurs, de chercheurs, d’ONG qui chaque jour innovent, trouvent des solutions pour permettre un développement nouveau. » « Les gens viennent le voir, ajoute une des proches collaboratrices du ministre, pour lui demander son avis sur des innovations de leur cru, auxquelles ils ont parfois consacré toute leur vie. » La légende veut que c’est sa rencontre fatidique avec l’Ethiopien Araya Asfaw, inventeur du sac à dos pour le transport du biogaz, qui a décidé le ministre de rassembler les inventeurs d’Afrique à Paris, dans le but d’ attirer l’attention du monde sur leur grande créativité et incidemment pour aider à la diffusion de leurs initiatives.

à noter : Pascal Canfin sera l'invité du magazine C'est pas du vent samedi 7 décembre

Projets et super-projets

La décision du ministre s’est révélée perspicace. 800 dossiers de candidature ont été reçus à la suite de l’appel à projets lancés en septembre 2013. Sur ces 800, 100 ont été retenus par un comité de sélection prestigieux composé des grands noms du développement : Winny Byanyima, directrice générale d’Oxfam International, Malmaine Koné, le PDG d’Airness et Jean-Michel Severino, ancien directeur général de l’Agence française pour le développement. Leur incombaient aussi la tache de choisir parmi les 100 projets 21 super-projets (« 21 comme le siècle », comme l’a dit l’un des intervenants au Forum) pour être présentés à Paris, aux scientifiques et aux bailleurs de fond susceptibles de leur donner une nouvelle vie.

Pour le ministre Pascal Canfin, visiblement enthousiasmé par les 21 projets innovants, ces inventions ont une dimension développementale incontestable. « Une des clés du développement durable réside dans l’innovation », n’a-t-il cessé de marteler. Selon le ministre, ces inventions qui proposent des solutions à des besoins concrets de la vie quotidienne, permettront « au plus grand nombre de sortir de la pauvreté ». D’où la nécessité de les soutenir et de les faire connaître.

A voir : Vidéos 100 innovations pour l’Afrique en animations