Centrafrique: les musulmans de Bangui victimes de la colère contre l’ex-Seleka

La mosquée du quartier de Fouh, dans le 4e arrondissement de Bangui, a été incendiée, le 10 décembre 2013.
© REUTERS/Emmanuel Braun

En Centrafrique, depuis deux jours, les populations laissent éclater leur colère contre l’ex-rébellion en cours de désarmement et le font sans distinction, en ciblant également la communauté musulmane. Plusieurs fidèles musulmans ont été tués. Ce mardi 10 décembre au matin, des populations ont pillé une mosquée à Bangui.

Le début des opérations de désarmement des ex-Seleka, dans les quartiers, semblent avoir bien malgré lui libéré la colère des populations. Une colère contenue depuis plus de huit mois et qui explose maintenant de manière anarchique, en faisant l’amalgame entre musulmans et Seleka. Ce mardi matin, RFI a constaté le pillage de la mosquée du quartier de Fouh, dans le 4e arrondissement. Les habitants arrachaient les tôles, abattaient les murs, hurlaient des propos contre les musulmans.

→ A (RE)LIRE : Centrafrique: pendant le désarmement des ex-Seleka, les musulmans demandent à être sécurisés

Les populations musulmanes vivent du coup dans la peur ou dans la colère. « Les gens sont terrés chez eux, explique Ahmat Déliris, l’un des responsables de la communauté islamique de Centrafrique. Il y a aussi, poursuit-il, des musulmans qui essaient de quitter leur quartier à Kpéténé et à Sarah ». Selon ce responsable, onze corps sont arrivés depuis lundi soir à la morgue de la mosquée Ali Babolo.

Au kilomètre 5, des jeunes ont laissé éclater leur colère aussi : « C’est l’armée française qui a créé ces problèmes, explique Moussa, un jeune leader musulman. Ils désarment les gens, ils les laissent là plutôt que de les emmener dans des casernes… Du coup, la foule leur jette des pierres. La France est venue pour amener la paix, conclut ce jeune. Elle ne doit pas laisser de côté une partie de la population centrafricaine ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.