Réfugiés syriens: la Guinée-Bissau condamne l'arrêt des vols vers le Portugal

Le siège de la compagnie aérienne TAP.
© Photo: Ricardo Rodrigues , source: Wikipédia

Le porte-parole du gouvernement bissau-guinéen a condamné la suspension par la compagnie aérienne portugaise TAP de ses liaisons vers Bissau. En début de semaine, des militaires armés avaient contraint l'équipage d'un vol Bissau-Lisbonne d'embarquer 74 réfugiés syriens munis de faux passeports. « Nous nous attendons à tout de la part du gouvernement portugais (...) il est dommage que la TAP fasse un amalgame entre les questions commerciales et la politique », a déclaré le porte-parole du gouvernement. Le ministre des Affaires étrangères Fernando Delfim da Silva, lui, s'est montré beaucoup moins véhément, déplorant les conséquences économiques de la décision de la TAP, et assurant à l'agence Lusa qu'une enquête était en cours pour déterminer les responsabilités.

C'est une situation très regrettable.

Fernando Delfim da Silva, ministre bissau-guinéen des Affaires étrangères
13-12-2013

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.