Obsèques de Nelson Mandela: le monde a les yeux tournés vers Qunu - Afrique - RFI

 

  1. 18:00 TU Journal
  2. 18:10 TU Décryptage
  3. 18:30 TU Journal
  4. 18:33 TU Sessions d'information
  5. 18:40 TU Débat du jour
  6. 19:00 TU Journal
  7. 19:10 TU Grand reportage
  8. 19:30 TU Journal
  9. 19:40 TU Sessions d'information
  10. 20:00 TU Journal
  11. 20:10 TU La bande passante
  12. 20:30 TU Journal
  13. 20:33 TU La bande passante
  14. 21:00 TU Journal
  15. 21:10 TU Couleurs tropicales
  16. 21:30 TU Journal
  17. 21:33 TU Couleurs tropicales
  18. 22:00 TU Sessions d'information
  19. 22:30 TU Sessions d'information
  20. 23:00 TU Journal
  21. 23:10 TU Accents d'Europe
  22. 23:30 TU Journal
  23. 23:33 TU Danse des mots
  24. 18:00 TU Journal
  25. 18:10 TU Décryptage
  1. 18:00 TU Journal
  2. 18:10 TU Grand reportage
  3. 18:30 TU Sessions d'information
  4. 19:00 TU Journal
  5. 19:10 TU Décryptage
  6. 19:30 TU Journal
  7. 19:40 TU Débat du jour
  8. 20:00 TU Journal
  9. 20:10 TU La bande passante
  10. 20:30 TU Journal
  11. 20:33 TU La bande passante
  12. 21:00 TU Journal
  13. 21:10 TU Radio foot internationale
  14. 21:30 TU Journal
  15. 21:33 TU Radio foot internationale
  16. 22:00 TU Sessions d'information
  17. 22:30 TU Sessions d'information
  18. 23:00 TU Journal
  19. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  20. 23:30 TU Journal
Urgent

■ Émission spéciale sur RFI de 17h (TU) à 19h (TU).
■ Le vote sur l'article 37 de la Constitution a été annulé.
■ La diffusion des programmes de RFI et de la radio nationale en FM a été interrompue à Ouagadougou.
■ L’aéroport de Ouagadougou est fermé. Tous les vols au départ ou à l’arrivée de la capitale bukinabè sont annulés.
■ Il y a eu au moins un mort à Ouagadougou, mais aucun bilan pour l'instant.
■ La mairie et le siège du parti au pouvoir ont été incendiés à Bobo Dioulasso, deuxième ville du pays.
■ Blaise Compaoré dissout le gouvernement, décrète l'état de siège dans le pays et propose l'ouverture de discussions avec l'opposition.

Dernières infos

fermer

Afrique

+ AFRIQUE Afrique du Sud Nelson Mandela Jacob Zuma

Obsèques de Nelson Mandela: le monde a les yeux tournés vers Qunu

media A Qunu, policiers et militaires font le pied de grue pour empêcher quiconque de s’approcher de la maison de Nelson Mandela, le 13 décembre 2013. REUTERS/Yannis Behrakis

Demain, samedi 14 décembre, le cercueil de Nelson Mandela devrait arriver à Qunu, le village de son enfance où il sera enterré dimanche. Des obsèques nationales à laquelle devraient participer 5 000 personnes. Désormais, le village de Qunu est sous haute sécurité et toutes les routes sont gardées par des policiers. Ceux-ci font le pied de grue afin d'empêcher quiconque de s’approcher de la maison et du cimetière où le héros de la lutte antiapartheid doit être mis en terre le 15 décembre.

« Retournez à votre véhicule », ordonne un policier. C’est désormais la phrase type quand une voiture tente de contourner le barrage ou de se garer à proximité des accès à Qunu. Depuis l’annonce de la mort de Nelson Mandela, policiers et militaires font le pied de grue pour empêcher quiconque de s’approcher de la maison du héros de la lutte antiapartheid ou du cimetière où il doit être enterré et, en particulier, les journalistes.

« Les caméras ne sont pas autorisées ici. Pas de journalistes ici. Vous devez aller là-bas, vers cette tente. C’est pour des raisons de sécurité. Tous les journalistes ne sont pas autorisés à aller plus loin », explique une policière à l’entrée du village. La presse n’aura donc pas accès à la cérémonie de dimanche. Les médias sont parqués à côté du musée Nelson-Mandela, sur la colline en face du cimetière où sera enterré l’ancien président. Le chapiteau qui va accueillir environ 5 000 personnes a déjà été monté, des camions continuent d’y arriver. Les journalistes du monde entier qui commencent à affluer à Qunu et dans les environs devraient donc être réunis sous deux tentes à plus d’un kilomètre du lieu de la cérémonie. Sauf la SABC, la télévision nationale.

Ce vendredi, les deux tentes sont en place, mais c’est à peu près tout. Pas de parking, ni pour la presse, ni pour les invités. Et la pluie qui est tombée abondamment ces derniers jours n’aide pas à l’avancée des travaux : « Ici, c’est boueux. Et il y a même des voitures qui se sont déjà enlisées. On essaie de tout faire pour que tout se déroule pour le mieux. Il y aura beaucoup de voitures, explique Godwin, l’un des ouvriers qui travaillent d’arrache-pied afin que tout soit prêt dimanche. Je ne sais pas combien de personnes sont attendues, mais je crois que cet espace ne sera pas assez grand. Tout le monde ne pourra pas se garer dans ce parking. Parce que Madiba était un grand homme. On est vraiment sous pression. La mort de Nelson Mandela, on ne s’y attendait pas. C’est arrivé d’un coup. C’est une course contre la montre ».

Au cœur du clan Mandela

Qunu, c’est un endroit très particulier où l’on vit avec les Mandela. C’est ce que nous confie Benjamin. Il travaille à Johannesburg, mais il est originaire du village où il a une maison, de la famille ; il y passe traditionnellement le mois de décembre. Il se trouvait d’ailleurs à Qunu au moment de l’annonce de la mort de Nelson Mandela : « Madiba est originaire d’ici, nous sommes ses proches voisins. Il avait toujours l’habitude de se promener librement ici, de son vivant. Il allait à pied de la colline là-haut jusqu’au village, saluant tout le monde sur son passage. La maison de Nelson Mandela, c’est celle que vous voyez là-bas, près de la grande tente blanche. La famille en cette période si particulière doit être réunie, mais vous savez, la plupart des gens d’ici sont des parents de Nelson Mandela ».

En effet, Qunu est un petit village qui compte moins de 500 habitants. Ces dernières années, un certain nombre d’infrastructures ont été réalisées, probablement en prévision de cet événement si particulier : des routes de contournement, des ponts. Les habitants parlent aussi de l’arrivée à l’électricité.

La mort de Nelson Mandela, c’est donc un événement à plus d’un titre. Des milliers de personnes, journalistes, visiteurs, affluent et continuent d’affluer. Et ce n’est pas sans conséquence économique. Les prix explosent. Ceux des chambres d’hôtel ou d’hôte sont multipliés par deux ou par quatre. Dans les villes environnantes, des particuliers louent leurs maisons. Et à l’entrée du village, des jeunes vendent des T-shirts dans leurs voitures. Des T-shirts à l’effigie de Nelson Mandela disponibles à prix d’or.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.