RCA: une situation préoccupante pour le ministre français de la Défense

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, en visite à Bangui.
© AFP PHOTO/FRED DUFOUR

Le calme est très précaire en République centrafricaine. Chaque jour, des violences interconfessionnelles sont répertoriées dans le pays. Selon l’ONU, 27 villageois musulmans ont été tués, le 10 décembre, par des milices d’autodéfense chrétiennes à Bohong à l’Ouest. Une violence évoquée par le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, en visite dans le pays ce vendredi 13 décembre au matin, devant les militaires de la force Sangaris.

« Votre mission est claire : contribuer au rétablissement de la sécurité en Centrafrique, enrayer la spirale d’exactions et la dérive confessionnelle qui est à l’œuvre. Permettre le retour des organisations humanitaires, ainsi que le déploiement des structures étatiques de base », a déclaré Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense, s’adressant aux soldats français engagés dans le cadre de l’opération Sangaris.

Votre mission est claire : contribuer au rétablissement de la sécurité en Centrafrique, enrayer la spirale d’exactions, et la dérive confessionnelle qui est à l’œuvre.

Jean-Yves Le Drian
13-12-2013 - Par RFI

« Une de vos premières tâches est donc de désarmer les milices tout en veillant à ce que les populations civiles, musulmanes comme chrétiennes ne soient les cibles de représailles aveugle », a précisé le ministre français.

L'attaque de Bohong confirmée par les Nations unies

Patrouille de VAB français dans une rue de Bangui, le 12 décembre 2013. © REUTERS/Emmanuel Braun

Par ailleurs, les Nations unies ont confirmé, ce vendredi, qu'un village avait été attaqué le 11 décembre. Il s’agit du village de Bohong, situé dans l'ouest de la Centrafrique. Une trentaine de personnes ont été tuées, en majorité des membres de la communauté musulmane. « On a eu cette information, via un certain nombre de partenaires qui sont basés à Bohong. Le 11, il y a eu effectivement l’attaque du village de Bohong, par un groupe armé », a précisé Abdoulaye Sawadogo, chef adjoint du bureau OCHA à Bangui, au micro de RFI. « On ne sait pas exactement qui est derrière cette attaque. On sait qu’il y aurait une trentaine de morts, et aussi des blessés. Et, oui, il y a beaucoup de musulmans qui ont été tués par cette attaque », a-t-il précisé.

On ne sait pas encore qui est derrière cette attaque.

Abdoulaye Sawadogo
13-12-2013 - Par RFI

L'Union africaine donne son feu vert pour les renforts

L’Union africaine a annoncé pour sa part avoir donné le feu vert à l’envoi de renforts en République centrafricaine, avec pour objectif de faire passer ses effectifs de 2 500 à 6 000 hommes. « La décision du Conseil de paix et de sécurité est de nous autoriser à augmenter la force. Nous pouvons aller jusqu'à 6 000, selon les besoins », a déclaré El Ghassim Wane, directeur du service sécurité et paix de l'UA.

Une nouvelle réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’UA est programmée pour « dans trois mois », a précisé El Ghassim Wane, qui a précisé que cette réunion aura pour but de « réexaminer la force, compte tenu de l'évolution de la situation et notre analyse de la situation sur ce qu'il convient de faire ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.