Mali: attentat meurtrier à Kidal contre des forces de la Minusma

Cette attaque survient alors que l'armée française mène depuis plusieurs jours une vaste opération anti-jihadiste dans le nord du pays.
© AFP/KENZO TRIBOUILLARD

Un attentat à la voiture piégée s’est produit ce samedi matin 14 décembre, à Kidal, dans le nord du Mali. Deux soldats de la Minusma, la Mission des Nations unies au Mali, sont morts dans l'attaque qui a touché la seule agence bancaire de la ville, rapporte l'ONU. « Cet acte odieux ne peut rester sans suite », a déclaré François Hollande.

Cet attentat survient alors que les Maliens retournent aux urnes dimanche pour le second tour des élections législatives, et alors que la France est engagée dans une opération sécuritaire contre les éléments jihadistes dans le nord-ouest du pays.

De source proche de la Minusma, la Mission des Nations unies au Mali, l’attentat à la voiture piégée a fait au moins trois morts, le kamikaze et deux Casques bleus, et également des blessés.

Dans les rangs de l’armée malienne on ne compte pas de morts mais quelques blessés. Selon les tous premiers éléments de l’enquête en cours l’opération a été minutieusement préparée.

→ à (re)lire : vaste opération de l'armée française dans la région de Tombouctou

D’abord dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14, trois hommes, probablement en repérage, sont passés devant la Banque malienne de Solidarité (BMS) située au centre-ville de Kidal. Et ce samedi matin, quasiment au saut du lit, un véhicule piégé a foncé sur le bâtiment qui abrite la banque. L'attaque n'était pas dirigée contre la banque, mais contre les casques bleus et les militaires maliens qui gardaient les lieux.

L’explosion a fait un très grand bruit et a détruit une partie du bâtiment. A plusieurs centaines de mètres à la ronde des maisons et des bâtiments ont tremblé et ont été en partie endommagés.

En fin de matinée une tension régnait toujours dans le centre-ville de Kidal, où des casques bleus de l’ONU, doigt sur la gâchette, patrouillaient.