L'hommage de la Tour Eiffel à Nelson Mandela

La tour Eiffel projète des faisceaux lumineux aux couleurs de l'Afrique du Sud.
© REUTERS/Jacky Naegelen

Pendant trois nuits, depuis ce vendredi 13 décembre jusqu'à ce lundi 16 décembre, le plus célèbre des monuments parisiens rend hommage à Nelson Mandela. Touristes et Parisiens peuvent lire sur la Tour Eiffel en inscription lumineuse : «Nelson Mandela 1918-2013». Les couleurs de l'Afrique du Sud sont également projetées dans le ciel.

Alors que Nelson Mandela était enterré dans le village de son enfance, de nombreux citoyens sans étiquette politique ou associative se sont rassemblés ce dimanche sur le parvis des Droits-de-L'Homme, face à la tour Eiffel, pour lui rendre hommage, répondant à l’appel lancé sur une page Facebook dédiée à l’icône de la liberté.

Denis Sissoko est l'un des initiateurs de ce rassemblement :

« Ce rassemblement, on ne l’a pas fait au titre d’une association, on l’a fait à titre strictement personnel, par rapport à ce que Mandela symbolise pour nous : la réconciliation, le pardon, des valeurs humaines. On l’a fait vraiment pour ça, pour ce que Mandela a apporté à l’humanité. On n’avait pas trouvé à Paris un hommage qui soit autre chose qu’un hommage de militants politiques ou antiracistes – ce qui est très bien, ils sont très légitimes pour le faire. Mais nous, on voulait vraiment un hommage ouvert à tous, sans étiquette, sans drapeau, un hommage de rassemblement. On a donc ouvert la page Facebook avec l’idée d’allumer 1000 bougies à 17h30, avec une perspective sur la tour Eiffel qui symbolise la France, comme un attachement de la France et de ceux qui y vivent à Nelson Mandela. »

« C’est un homme que j’admire. Je trouve qu’il a fait des choses magnifiques. Et puis quand on reste prisonnier pendant 27 ans, ressortir sans haine et essayer de réunir tout le monde, c’est formidable », s’émeut une femme. « C’est un monsieur qui a été géant un jour, géant jusqu’au bout, géant toujours. Je dis : "repose en paix, merci pour ton œuvre inestimable, le monde t’est reconnaissant" », renchérit un autre.

À quelques pas de là, un musicien originaire de Guinée-Conakry rend hommage à Mandela en musique et en chanson. « Quand on perd un homme comme Mandela, c’est une blessure. C’est pour ça que j’ai composé cette chanson intitulée Madiba konou ».

Paris n'oubliera jamais Nelson Mandela. Un nouveau jardin construit dans le Ier arrondissement de la capitale portera son nom dès jeudi 19 décembre, jour de son inauguration.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.