Centrafrique: hommage de la France aux deux soldats tués à Bangui

Le chef de l’Etat, François Hollande rend hommage aux deux soldats français tués en mission en Centrafrique durant une cérémonie aux Invalides, Paris, le 16 décembre 2013.
© REUTERS/Yoan Valat/Pool

Ce lundi matin, à l'hôtel national des Invalides, une cérémonie d'hommage aux deux soldats morts en Centrafrique était rendue par le chef de l'état François Hollande. Le président est revenu sur la nécessité de cette guerre ainsi que sur le parcours des deux militaires tués la semaine dernière lors d’une patrouille à Bangui.

Au cours d'un discours d'une quinzaine de minutes dans la cour d'honneur des Invalides et sous un soleil automnal, François Hollande a souligné qu'en cinq jours sur le terrain, les militaires français étaient parvenus au-delà des espérances. Ils ont redonné espoir à tout un peuple et la France n'oubliera jamais leur sacrifice, leur dévouement total jusqu'à la mort.

« C'est d'ailleurs en leur nom que cette mission doit se poursuivre, et c'est pour eux que la France se doit de réussir », a affirmé avec détermination le chef de l'Etat. François Hollande, chef des armées, a également répondu à une question que peuvent se poser les familles : pourquoi est-ce toujours la France qui part en guerre en Afrique ?

► A (RE)ECOUTER : Centrafrique : le déploiement des militaires français de l'opération Sangaris

Pour le chef de l'Etat, c'est grâce à notre présence militaire dans ces zones de conflits que notre pays doit sa place, son rôle et son statut international. « Ce sont nos soldats qui se battent pour la paix et pour sauver des vies qui font de la France une grande nation », a déclaré François Hollande

Enfin, le président est revenu sur le parcours des deux militaires, Antoine Le Quinio et Nicolas Vokaer, entrés il y a seulement deux ans au 1er RIPMA de Castres, dans le sud de la France. François Hollande avec émotion a aussi rappelé qu'ils illustraient les plus belles qualités de l'âme humaine : dévouement, dépassement de soi et courage. Tous les deux ont été faits Chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.