Centrafrique : les violences ont repris à Bangui

Des soldats français dans le quartier de Boy-Rabe, à Bangui, le 17 décembre 2013.
© REUTERS/Alain Amontchi

Bangui a été le théâtre de nouvelles violences ce vendredi 20 décembre. Alors que la situation semblait se calmer depuis quelques jours, les affrontements ont repris hier avec des soldats tchadiens visés près de l'aéroport M'Poko, six ont été blessés. Un accrochage a également eu lieu dans le quartier de Gobongo. Des violences se sont poursuivies ce vendredi, notamment dans la zone du kilomètre 5.

Les tirs ont réveillé les habitants dès 4h30 du matin. La fusillade a éclaté à Gbaya Dombia, dans la zone du kilomètre 5, secteur à majorité musulmane.

Les habitants accusent des ex-Faca et des anti-balakas d'être les assaillants. « Ils se cachaient dans des maisons abandonnées, et quand ils étaient à cours de munition, ils attaquaient à l'arme blanche», explique un habitant. Un responsable anti-balaka reconnaît qu'il y a eu des affrontements, mais dément toute responsabilité de ses hommes. Guy Simplice Kodégué, ministre centrafricain de la Communication, affirme pour sa part que les anciens rebelles sont tous cantonnés et que ce sont désormais les anti-balakas qui sèment la terreur.

Bilan des affrontements

En tous les cas, les violences ont duré plusieurs heures. Selon un représentant de la Croix-Rouge, les affrontements ont fait 29 morts depuis jeudi. Un imam de Gbaya Dombia donne un bilan différent : 15 habitants tués et une trentaine de blessés. Le religieux dit ne pas comprendre cette flambée. Il confie également sa colère contre les forces Misca et Sangaris, intervenues beaucoup trop tard selon lui, et présentes seulement sur les grands axes.

Côté contingent français, une source répond que les patrouilles commencent dès avant 6h du matin et qu'elles ont lieu partout, zones musulmanes et chrétiennes confondues.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.