Centrafrique: coups de feu entre Burundais et Tchadiens de la Misca

Un soldat tchadien circule à pied dans les rues de Bangui, le 9 décembre dernier.
© REUTERS/Emmanuel Braun

Des troupes burundaises engagées sont au sein de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca). On apprend ce 24 décembre au matin qu’il y aurait eu des accrochages lundi 23 décembre au sein de la force africaine, entre des soldats burundais et des soldats tchadiens. Le Tchad dément ces affirmations du chef du contingent burundais.

Tout a commencé lundi 23 décembre au matin, au PK10, dans le nord de la capitale centrafricaine. Des soldats du contingent burundais de la Misca, ont désarmé six ex-Seleka qui étaient pris à parti par la population. Ces populations leur reprochaient notamment de rouler dans le véhicule d’un responsable administratif qu’ils avaient tué quelques jours avant.

Deux soldats tchadiens à bord d’un véhicule aux couleurs de la Fomac - la force qui est devenue depuis la Misca - sont alors intervenus et ont lancé une grenade en direction des forces burundaises sans faire de victime, explique le commandant en chef du contingent burundais, le lieutenant-colonel Poncien Kisimahana.

« On ne sait pas comment ils [les éléments de la Seleka, ndlr] ont réussi à prévenir les Tchadiens », précise l'officier burundais, qui insiste que ses soldats n'ont « pas voulu envenimer les choses et [ont] laissé faire ». Les soldats tchadiens sont alors repartis en tirant dans tous les sens, avec les six ex-Seleka.

Le Tchad dément toute altercation

Selon l'officier burundais, ils s’en sont alors pris à une position d’avant-garde des soldats burundais qui n’étaient pas au courant de la consigne de ne pas riposter. Ceux-ci, ont riposté à ces tirs.

« On a appris par la suite que deux Tchadiens avaient été blessés », poursuit le porte-parole burundais. Les militaires tchadiens de la Misca, toujours selon les Burundais, se sont enfuis avec les ex-rebelles de la Seleka. Mais ils seraient revenus plus tard et auraient à nouveau ouvert le feu sur les soldats burundais. « Ils sont censés appartenir à la force de maintien de la paix », dit encore le porte-parole burundais, ajoutant que l'on disait depuis longtemps que les Tchadiens « assisteraient les ex-Seleka ».

Ces événements interviennent alors que les Tchadiens devraient sous peu ne plus être déployés dans la capitale, mais être renvoyés dans un secteur plus au nord. Le chef militaire de la Misca a cependant assuré, dans un entretien à RFI, que cette réorganisation n'avait rien à voir avec les accusations régulièrement portées contre les Tchadiens.

Le ministre tchadien de la Communication, Hassan Sylla, a fermement démenti toutes ces accusations, ce mardi matin.

TCHAD son court AFRIK MIDI min com
24-12-2013

Il n'est pas le seul à démentir ces informations. Selon le président de transition, Michel Djodotia, il est faux de parler d'escarmouches entre les soldats burundais et tchadiens. Le président de transition tenait ce mardi à Bangui une conférence de presse très solennelle à laquelle ont également participé le Premier ministre Nicolas Tiangaye et les autorités religieuses.

Le chef de l'Etat était également attendu sur les déclarations d'Abakar Sabone, le chef de l'une des factions de la Seleka - et son propre chargé de mission – qui avait parlé dimanche soir d'une possible partition du pays. Jusqu'à présent, Michel Djotodia ne s'était pas exprimé. Là, il a qualifié cette déclaration comme étant « irresponsable ».

S'agissant de la déclaration irresponsable, et dangereuse, relative à la partition de la République centrafricaine, une et indivisible, nous la condamnons sans détour car celle-ci est contraire aux idéaux qui fondent la nation
Michel Djotodia
24-12-2013 - Par Sonia Rolley

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.