Pape François: «La paix est un engagement»

Le pape François, ce mercredi 25 décembre au balcon de la Basilique Saint-Pierre de Rome, lors de sa première bénédiction «urbi et orbi».
© AFP PHOTO / FILIPPO MONTEFORTE

Le pape François a prononcé sa première bénédiction « urbi et orbi » - « à la ville et au monde » - ce mercredi 25 décembre. Il a livré son intervention au balcon de la Basilique Saint-Pierre, au Vatican, devant une foule de 70 000 fidèles. Un « pape des pauvres » qui a évoqué les guerres en Syrie, en Centrafrique, au Soudan du Sud, ainsi que le sort des migrants ou encore des chrétiens d'Orient.

La cérémonie s’est ouverte en musique, sous les cris de joie d’une foule de près de 70 000 personnes venues assister à cette première bénédiction « urbi et orbi » du pape François, en poste depuis neuf mois et demi. Le pape rappelé l’importance de Noël pour les chrétiens, moment qui permet de « rendre gloire à Dieu car il est bon, fidèle, miséricordieux ».

« Supplication pour la paix en Syrie »

« La paix est un engagement que l’on fait avancer tous les jours », a déclaré le souverain pontife, jugeant que cette paix « n'est pas un équilibre entre des forces contraires ». « En regardant l’enfant dans la crèche, enfant de paix, pensant aux enfants qui sont les victimes les plus fragiles de la guerre. (...) Les guerres brisent et blessent tant de vie », a-t-il déclaré.

Le pape François a adressé une « supplication pour la paix en Syrie ». « Le conflit en Syrie a trop brisé [de vies], fomentant haine et vengeance. (…) Continuons à prier le Seigneur, pour qu'il épargne au bien-aimé peuple syrien de nouvelles souffrances et que les parties en conflit mettent fin à toute violence et garantissent l'accès pour les aides humanitaires (…) Seigneur donne ta paix à la Syrie, donne ta paix au monde entier. Et aussi aux non-croyants. »

Message pour les enfants soldats

« Tourne ton regard, Seigneur, vers les nombreux enfants qui sont enlevés, blessés et tués dans les conflits armés, et vers tous ceux qui sont transformés en soldats, volés de leur enfance», a également enjoint le pape François. Il a également qualifié la traite des êtres humains de « grave délit contre l'humanité ».

La Centrafrique « souvent oubliée des hommes »

« Donne la paix à la République centrafricaine, souvent oubliée des hommes. (...) Tu veux porter aussi la paix à cette terre, déchirée par une spirale de violence et de misère, où beaucoup de personnes sont sans maison, sans eau ni nourriture, sans le minimum pour vivre », a-t-il déclaré.

Le pape a plaidé pour éviter de faire de « nouvelles victimes innocentes », appelant à la « cohabitation pacifique » au Soudan du Sud, incitant à prendre « le chemin du dialogue ».  

Il a également profité de l'occasion pour dire son espoir de voir « une heureuse
issue les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens
 ».

La « tragédie » de Lampedusa

Le pape François a également cité les victimes de catastrophes naturelles, au rang desquels les Philippins, dont les îles ont été ravagées par un super typhon en novembre dernier.

Enfin, sa bénédiction a aussi rappelé l’importance de s’intéresser aux plus démunis, et notamment aux migrants qui risquent leurs vies pour se rendre en Europe. Un thème dont il a fait l'un de ses chevaux de bataille. Evoquant les migrants et réfugiés « en quête d'une vie digne », il a demandé aux chrétiens de prier pour qu'ils « trouvent accueil et aide ». Il a dit espérer « que des tragédies comme celle de Lampedusa n’arrivent jamais plus ».

Et pour clore sa première bénédiction de Noël, le pape François a souhaité un joyeux Noël en italien uniquement, contrairement à Benoît XVI qui l'avait fait en 65 langues, l'an dernier.


Lors de sa messe de Noël , le 24 décembre, le pape avait déjà attiré la foule. Le pape François avait alors souligné que « la lumière de Noël est découverte par un peuple qui est en chemin, comme les bergers ». « Ce peuple, c’est nous-mêmes », a dit le pape « notre identité de croyant est celle de personnes en marche vers la terre promise, et ce, depuis Abraham. »

A (RE) ECOUTER Notre édition spéciale consacrée à Noël