Niger: l’afflux de réfugiés nigérians aggrave la situation humanitaire

Dans la commune de Chetimari, le CICR a notamment mis en place des points d'eau pour répondre aux besoins des populations déplacés.
© CICR/I. Keita

Dans le sud-est du Niger, le nombre de déplacés en provenance du Nigeria ne cesse d'augmenter. Ils seraient plus d'une dizaine de milliers à avoir rejoint la région de Diffa depuis mai 2013, pour fuir les affrontements entre l'armée nigériane et le groupe islamiste Boka Haram. Selon les organisations humanitaires, la situation s'est dégradée ces derniers jours.

« Nous avons vu une recrudescence de l’arrivée des déplacés fuyant les violences au nord-est du Nigeria. Ces familles ont quitté le pays suite aux dernières violences que l’on a vu dans l’Etat de Yobe », expose au micro de RFI Oumarou Daddy Rabiou, porte-parole du Comité international de la Croix Rouge (CICR) au Niger qui s'alarme de la situation, qui évoque également l’effet probable des « confrontations qu’il y a eu dans la ville de Maiduguri récemment » sur ces mouvements massifs de populations.

Cliquez pour agrandir
La région de Diffa, dans le nord-est du Niger, est très enclavée. © (Carte : RFI)

Une région enclavée et déjà fragile

« La crainte, c’est l’évolution négative de la situation humanitaire générale de la région de Diffa. C’est une région qui est déjà très enclavée, à l’extrême est du Niger, à 1 600 km du [fleuve] Niger », souligne le porte-parole du CICR. Cette région, « qui dépendait très fortement des échanges économiques avec le Nigeria » a vu ces échanges se tarir suite aux affrontements entre l’armée nigériane et Boko Haram.

→ A (RE)LIRE : Goodluck Jonathan sur RFI: «Pour renforcer le développement, les pays doivent vivre en paix»

Le CICR s’alarme également des conséquences des inondations qui ont touché la région ces dernières semaines, et qui sont « peut-être les plus graves de la région de Diffa, qui rend encore plus précaires une situation alimentaire qui était déjà difficile ». Cela a occasionné « des dizaines de milliers de déplacés qui sont venus s’installer dans une zone déjà assez fragile. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.