Arrestation de jihadistes à Gao, dans le nord du Mali

Des soldats maliens transportent des hommes accusés de collaborer avec le Mujao, à Kadji, le 2 mars 2013.
© REUTERS/Emmanuel Braun

L'armée malienne annonce l'arrestation de six personnes après des tirs à l'arme lourde dans le nord du pays. Des tirs d'obus de mortier tombés à Gao. Ils n'ont fait ni victimes, ni dégâts, mais ils viennent rappeler que les groupes jihadistes n'ont pas disparu de la région.  

Affaiblis, les islamistes restent néanmoins actifs dans le nord du Mali. Ils viennent encore une fois de le démontrer, en tirant trois obus sur Gao, la principale ville du septentrion malien. Il n‘y a pas eu de victimes, les tirs ont même raté leur cible. Mais les observateurs s’interrogent : comment s’organisent ces islamistes alors qu’il y a bientôt un an, jour pour jour, ils ont été défaits dans les principales villes du nord du Mali par les forces franco-africaines ?

Quelques éléments de réponse viendront avec les six suspects arrêtés près de Gao après les tirs d’obus. Deux des personnes arrêtées sont connues pour être proches du Mujao, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest. A Kidal, au nord-est, on se souvient qu’à la mi-décembre, deux casques bleus avaient été tués lors de l’attentat revendiqué par les jihadistes. Et dans la même ville ce jeudi, un homme qui s’approchait du camp militaire malien portait une arme illégalement. Découvert, il a pu s’enfuir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.