Présidentielle malgache: les militaires assurent n'avoir aucun camp politique

Le dépouillement n'est pas terminé que les deux camps revendiquent déjà la victoire.
© REUTERS/Thomas Mukoya

Les résultats de plus de 70 % des bureaux de vote ont été analysés par la Commission électorale malgache. L'ancien ministre des Finances Hery Rajaonarimampianina est toujours en tête avec 51,54 % des voix. Robinson Jean Louis, soutenu par l'ancien président Ravalomananana, est lui deuxième avec 48,46 % des voix. Jeudi, en fin de journée, moins de 100 000 voix séparaient les deux hommes.

L'atmosphère est toujours à la suspicion entre les deux camps, chacun revendiquant la victoire et accusant l'autre de fraude. La plupart des observateurs craignent toujours une crise post-électorale. Alors qu'en 2002, Marc Ravalomanana avait fait descendre ses partisans dans la rue avant de s'autoproclamer président, ce sont les militaires qui avaient remis le pouvoir à Andry Rajoelina après d'impressionnantes manifestations.

Les forces militaires craignent-elles de nouveaux troubles, après le scrutin ? Non, assure le colonel Florens Rakotomahanina, commandant de la gendarmerie nationale dans la capitale malgache. « La loi est claire, assure celui-ci. Toute manifestation non autorisée est interdire. » Quel que soit le camp qui gagne et celui qui proteste, les militaires assurent n'avoir aucun camp politique.

Egocentrisme politique

En attendant, si les rues restent paisibles à Antananarivo, les journaux ont déjà adopté un ton particulièrement tendu.

Dans un taxi, au coeur du quartier des ministères, le chauffeur se souvient des deux dernières crises qu'il a connues. « Le problème de Madagascar, ce sont les politiques, croit-t-il savoir. Ils ne savent pas conjuguer jusqu'à « ils » et restent toujours bloqués sur « je ». Ils défendent leur argent, pas la population. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.