Le difficile départ des ressortissants tchadiens de RCA

Une famille tchadienne recluse chez elle à Bangui, le 24 décembre 2013.
© REUTERS/Andreea Campeanu

Le Tchad a lancé il y a une semaine un pont aérien pour évacuer ses ressortissants de la Centrafrique où ils sont victimes d’attaques des autochtones. Plus de 4 000 Tchadiens ont été évacués depuis le début de l’opération. D’autres ayant quitté la Centrafrique par route sont arrivés par milliers dans les villes frontalières du Sud. Reportage dans l’un des centres qui accueillent les Tchadiens rentrés de Centrafrique.

Le centre social de Paris-Congo était animé dimanche après midi 29 décembre. Dans la cour, quelques hommes âgés, mais surtout des femmes et des enfants assis sur des nattes neuves. A côté, des paquets, des couvertures et quelques affaires entassés dans un coin. Dans l’arrière cour, des enfants jouent au foot, d’autres à la balançoire.

Assise sur la natte, un bébé sur les genoux, Halima Tidjani n’a pas oublié comment elle a quitté Bangui : « Nous avons quitté Bangui difficilement. L’armée nous a escortés jusqu’à l’aéroport. Un avion d’Air France nous a amenés jusqu’ici »…

→ A (RE)LIRE : Centrafrique : le chaos et la panique à Bangui, MSF lance un appel à une aide d'urgence

S’ils sont en général bien nourris et ont un logis, la plupart des Tchadiens évacués, quand ils ont de la famille, quittent le centre social au bout de quelques jours. Mais certains évacués de Centrafrique n’ont plus d’attache sur le territoire. « Mon père est parti en Centrafrique très jeune, raconte Mariam Idriss. Il a épousé ma mère là-bas. Nous ne sommes jamais revenus ici, même pas en vacances. Là nous ne savons à qui nous adresser pour retrouver de la famille ici ».

Ils sont nombreux, très nombreux, ces Centrafricains, d’origine tchadienne qui n’ont plus d’attache au Tchad, mais qui ont été contraints de rentrer. La question de leur réinstallation devra se poser assez vite parce que la solidarité nationale en cours devra s’arrêter dans les jours à venir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.