Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta.
© AFP PHOTO / HABIBOU KOUYATE

Du Sénégal à Madagascar en passant par le Congo-Brazzaville et le Tchad, les chefs d’Etat africains ont présenté leurs vœux à la Nation ce 31 décembre 2013, pour la première fois pour Ibrahim Boubacar Keïta, mais pour la dernière pour le chef d’Etat malgache. La situation en Centrafrique était au cœur des discours de nombreux chefs d’Etat.

En RCA, Michel Djotodia appelle à la normalisation de la situation

C'est un appel à la normalisation des activités économiques et de la vie sociale que le président centrafricain de transition a lancé à l'occasion de ses vœux pour 2014. « J'exhorte, a-t-il dit, ceux qui ont trouvé refuge à l'aéroport, dans les églises, les écoles, à regagner leurs domiciles respectifs pour retrouver un cadre normal de vie ».

Michel Djotodia a lancé un appel « pressant » aux travailleurs des secteurs privé et public pour qu'ils reprennent leurs activités dès le 2 janvier 2014. Il a également demandé aux commerçants et aux opérateurs économiques de reprendre leurs activités.

Le président de la transition est également revenu sur les violences de l'année écoulée. Djotodia en impute l'entière responsabilité à celui qu'il a renversé le 24 mars dernier, François Bozizé. Un homme qui selon lui dirige actuellement les activités des anti-balakas présents autour de Bangui et dans certains quartiers. « C'est ici le lieu, a dit Michel Djotodia, de réaffirmer que les anti-balakas ne sont que la face visible et les bras armés d'un vaste complot politique ourdi contre la transition ».

« Il n'y aura pas d'impunité en République centrafricaine, a réaffirmé Michel Djotodia. Il est temps de penser à l'ouverture d'enquêtes et aux poursuites judiciaires des auteurs et commanditaires des crimes odieux qui ont été enregistrés, même si, a-t-il conclu, je laisse la porte ouverte au dialogue sincère pour une véritable réconciliation nationale ».

■ Tchad : Idriss Déby inquiet de la situation en RCA

La situation en Centrafrique évoquée également lors des vœux du président tchadien Idriss Déby, qui a notamment déploré « une campagne de dénigrement des Tchadiens dans ce pays »...

S'agissant de la violence en Centrafrique, nous ne pouvons nous empêcher d'être profondément choqués...
Idriss Déby
01-01-2014 - Par RFI

■ Au Congo, le président Sassou Nguesso redoute une « implosion » de la RCA

La situation en Centrafrique a été évoquée également par le chef de l'Etat congolais Denis Sassou Nguesso. Il a déclaré mardi qu'il redoutait une « implosion » de la Centrafrique, en proie à de graves violences interreligieuses, au cours de son traditionnel discours pour le Nouvel An.

J'exprime mon grand chagrin et ma profonde tristesse suite à la mort en RCA de six de nos jeunes soldats...
Denis Sassou Nguesso
01-01-2014 - Par RFI

■ Madagascar : le dernier discours à la Nation d’Andry Rajoelina

A Madagascar, Andry Rajoelina a prononcé son dernier discours de vœux à la Nation en tant que président de la Transition. Après cinq ans passés au pouvoir, il doit céder la place d’ici quelques semaines au président élu lors du scrutin le 20 décembre. Ce pourrait être son candidat Hery Rajaonarimampianina qui selon les chiffres provisoires de la commission électorale mène avec plus de 53 % des voix (les résultats provisoires complets sont attendus vendredi 3 janvier).

Mais ces résultats sont contestés par le candidat adverse Robinson Jean Louis, soutenu par l’ex-président Marc Ravalomanana. Il dénonce des fraudes massives et a engagé une bataille juridique pour inverser la tendance. Hier soir, Andry Rajoelina s’est posé en défenseur de l’unité nationale et a mis en garde contre les tentatives de « division ».

La cinquième et la dernière fois…

Costume et cravate sombres, Andry Rajoelina est apparu souriant devant l’emblème national et le drapeau blanc vert et rouge. C’est la cinquième et la dernière fois qu’il adresse ses vœux en tant que président de la Transition. Cinq années de crise politique et économique. « Nous avons vécu de rudes et éprouvantes épreuves tout au long de ces cinq années, a-t-il déclaré, mais nous avons également connu des moments de satisfaction ».

Selon Andry Rajoelina les objectifs sont atteints : les élections présidentielles et législatives ont eu lieu. Il ne mentionne pas les contestations de l’opposition. Il met en avant l’unité nationale : « Le choix du peuple est sacré et nous devons l’accepter et le respecter. Il est temps désormais de cesser les manœuvres de déstabilisation et de division. Il faut abandonner toute velléité de monter les Malgaches les uns contre les autres ».

« Le plus important, c’est l’amour », a ajouté le président de la Transition, expression tirée d’un verset biblique et devenue son slogan de campagne pour les législatives. L’amour, terme qu’il utilise fréquemment, a remplacé le mot « liberté » dans la devise de la nouvelle Quatrième république qui sera mise en place en ce début d’année.

■ Les premiers vœux d’IBK au Mali

Au Mali, le président IBK, qui prononçait ses premiers vœux à la Nation comme chef d'Etat, a annoncé que 2014 serait l'année de la lutte contre la corruption. Il a aussi martelé qu'il voulait la paix.

Je veux la paix. Je désire ardemment la paix...
Ibrahim Boubacar Keïta
01-01-2014 - Par RFI

Burkina Faso : Blaise Compaoré salue la lutte contre le terrorisme

Au Burkina Faso, dans son discours de présentation de vœux, le président Blaise Compaoré a salué les efforts de la communauté internationale en lutte contre le terrorisme dans le Sahel. Sur le plan interne, il en appelle à l’esprit de discernement des burkinabè afin de privilégier l’intérêt supérieur de la Nation et de préserver la cohésion sociale.

Dans sa présentation de vœux aux Burkinabè, le président Blaise Compaoré a salué les efforts des Nations unies, la communauté internationale et l’Afrique pour éradiquer la nouvelle menace terroriste et l’extrémisme religieux dans le Sahel. Il a également égrené un chapelet de succès enregistrés par le Burkina Faso dans les domaines agricole, minier, social et économique.

Selon le président Blaise Compaoré les divergences de vue constatées en 2013 sur des questions politiques sont à l’honneur de la démocratie au Burkina Faso. Et il entend consulter le peuple pour les décisions les concernant.

A la veille de ce discours, les anciens présidents, par la voix de président Jean-Baptiste Ouédraogo, ont affirmé être « fort préoccupés par les crises socio-politiques suscitées par la vie chère et l’installation du Sénat ». Ils ont alors demandé au chef de l’Etat de « calmer le jeu » en usant de « sa sagesse et son sens de l’écoute pour créer les conditions du dialogue ».

■ En RDC, le président Kabila appelle le peuple à la vigilance

Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, a appelé mardi les Congolais à faire preuve d'une « vigilance tous azimuts » au lendemain d'attaques simultanées qui se sont principalement déroulées à Kinshasa et Lubumbashi, deuxième ville du pays.

■ Au Sénégal, Macky Sall prône une paix définitive en Casamance

Au Sénégal, lors des vœux du Nouvel An, le président sénégalais Macky Sall a évoqué « l’espoir d’une paix définitive » en Casamance. « Les négociations se poursuivent », a assuré le chef de l’Etat sénégalais, rappelant que le projet Pôle de développement de la Casamance, d’un montant de 20 milliards de francs CFA, va démarrer dans quelques jours.

Outre les questions de l’emploi, de l’agriculture, de la baisse des loyers, Macky Sall a également « appelé solennellement parents, enseignants, étudiants et autres partenaires sociaux à œuvrer ensemble pour un climat social apaisé et une année académique réussie », référence aux troubles qui agitent l’université en ce moment à Dakar. Macky Sall a enfin annoncé qu’il convoquera cette année une Conférence sociale pour un pacte de stabilité et d’émergence.

■ Alassane Ouattara dresse le bilan de 2013 en Côte d’Ivoire

Des vœux également du président ivoirien. Lors d’une allocution radio-télévisée hier soir 31 décembre, Alassane Ouattara a dressé un bilan de l'année écoulée sur le plan du redressement économique du pays. Un bilan de satisfaction, tout en reconnaissant l’échec enregistré au niveau de la lutte contre la cherté de la vie.

Le numéro 1 ivoirien a aussi fait quelques annonces, notamment une augmentation annuelle régulière des salaires des fonctionnaires à partir de cette année 2014, une augmentation gelée depuis 1988. Et sur le plan politique, il a insisté sur l’importance d’un climat de paix, préalable à tout développement. Pour instaurer ce climat, il a évoqué de nouvelles mesures de décrispation à prendre.

Nous allons poursuivre inlassablement nos efforts dans le sens de la réconciliation...
Alassane Ouattara
01-01-2014 - Par RFI