Côte d’Ivoire: débat autour de la composition de la Commission électorale indépendante

Dans un bureau de vote d'Abidjan, le 11 décembre 2011.
© REUTERS/Luc Gnago

En Côte d’Ivoire, c’est déjà le début des préparatifs pour l’élection présidentielle d’octobre 2015. Une mission du National Democratic Institute (NDI), un think tank américain proche du Parti démocrate, vient de séjourner à Abidjan sur invitation du gouvernement ivoirien. La délégation de huit personnes a écouté les principaux acteurs politiques, la société civile, les responsables religieux et bien sûr les institutions chargées des élections, comme la Commission électorale indépendante (CEI), le ministère de l’Intérieur ou encore l’Institut national de la statistique. L’une des questions urgentes à résoudre est la composition de la CEI.

Au terme d’une mission d’une semaine, la délégation du NDI est arrivée à la conclusion que la classe politique ivoirienne et les autres acteurs sont unanimes : les entités qui n’existent plus aujourd’hui ne doivent plus être représentées au sein de la Commission électorale indépendante. Un consensus des acteurs politiques de tout bord, mais les points de vue divergent sur la façon dont la nouvelle CEI doit être composée.

« Il y en a qui pensent à une commission faite de technocrates sans la participation des partis politiques, explique le directeur régional du NDI pour l’Afrique, Christopher Fomunyoh. Il y en a d’autres qui pensent que les élections c’est l’affaire des partis politiques donc il faut que les partis soient représentés et qui se surveillent mutuellement comme cela nous a été dit par certains. Il y en a d’autres qui pensent à une formule un peu mixte qui regroupe et les technocrates et les représentants des partis politiques, et les représentants de la société civile également. Mais en même temps, tout le monde voudrait que ce soit une commission efficace ».

Beaucoup d’éléments sont donc à prendre en considération pour éviter d’accoucher d’une commission difficile à gérer ou à la solde d’un bord politique. L’objectif est de garantir une élection présidentielle crédible et paisible en 2015.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.