Tchad: mobilisation au plus haut niveau en faveur des rapatriés de Centrafrique

Le président tchadien Idriss Déby Itno, à Paris, en décembre 2012.
© Photo AFP / Martin Bureau

A l'occasion d'une visite aux familles rapatriées de Centrafrique à Ndjamena, le président tchadien Idriss Déby Itno a condamné ce vendredi 3 vendredi les exactions commises sur les ressortissants tchadiens en Centrafrique, assurant que leurs auteurs « paieront un jour ». « S'attaquer à des femmes, à des enfants, sélectivement des Tchadiens, les assassiner, les tuer, cela est intolérable », a ajouté M. Déby, en visitant l'un des quatre centres sociaux prévus pour les accueillir. 

« Ceux qui se sont attaqués aux Tchadiens et qui continuent à s’attaquer aux Tchadiens, ceux qui ont assassiné les Tchadiens et ceux qui continuent à assassiner les Tchadiens, ne resteront pas impunis. Je vous l'assure, a déclaré le président tchadien Idriss Deby Itno, jeudi dernier après avoir visité quelques centres d’accueil de Tchadiens forcés à quitter la Centrafrique. Maintenant, vous avez 12 000 de vos compatriotes qui sont rentrés, il en reste encore beaucoup. Nous mettrons les moyens qu’il faut pour rapatrier tous nos compatriotes qui sont en danger. Au-delà de la question humaine, il y a quand même la fibre nationale, qui doit interpeller l’ensemble de la communauté nationale. »

Au-delà de la menace, le chef de l’Etat tchadien essaie d’attiser la fibre nationaliste en faveur des Tchadiens rentrés de Centrafrique, sous forme d'« appel à la solidarité nationale ». Un appel qui n’a pas attendu longtemps. Hier, vendredi, une délégation d'opérateurs économiques s’est rendue à Bangui pour faire un don de vivres aux Tchadiens réfugiés sur la piste de la base aérienne.

Ce samedi, une grande réunion est convoquée dans la salle du ministère des Affaires étrangères à Ndjamena pour recueillir des dons en faveur des Tchadiens obligés de quitter la Centrafrique.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.