RDC: le parti de Tshisekedi dénonce l’arrestation d’un de ses membres

Etienne Tshisekedi s’est autoproclamé président de la RDC. Son parti, l'UDPS accuse le gouvernement d'avoir fait arrêter l'un de ses membres.
© AFP PHOTO/GWENN DUBOURTHOUMIEU

En RDC, une nouvelle affaire d'arrestation vient envenimer la situation déjà très conflictuelle entre les autorités et l'UDPS (union pour la démocratie et le progrès social). Il s’agit du principal parti d'opposition, dont le leader, Etienne Tshisekedi s'est autoproclamé président de la République depuis l'élection de 2011. L'UDPS accuse désormais le gouvernement d'avoir fait arrêter l'un de ses membres dans la région du Kasaï-Oriental.

D'après un cadre de l'UDPS, jeudi dernier, alors qu'il sortait d'une émission de débat de radio dans la ville de Mbujimayi, Bruno Kabatshi l'un des leaders du mouvement dans cette province du centre du pays a été arrêté puis transféré par avion à Kinshasa en avion. Depuis, ses proches sont sans nouvelle.

« Nous sommes vraiment très, très inquiets pour la sécurité de M. Kabatshi, confirme Augustin Kabouya, le porte-parole de l'UDPS. Nous ne savons pas où il a été conduit. Nous savons seulement qu’il a été embarqué comme un brigand, alors que c’est une personnalité politique du pays. Nous demandons à la communauté internationale et plus spécifique au secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, de suivre ce dossier à la loupe ».

Débat politique très vif

Au sein du gouvernement, le porte-parole affirme ne pas être au courant de cette affaire. Lambert Mendé rappelle que le débat politique est très vif en RDC et que personne n'a été arrêté pour ses opinions : « Je ne vois pas comment dans notre pays aujourd’hui on peut arrêter quelqu’un uniquement parce qu’il a critiqué le régime à la radio. Nous répondons par le débat, et le débat est très vif. C’est le débat démocratique, on n’a jamais arrêté quelqu’un pour ça ».

Lambert Mendé indique également que les cadres de l'UDPS peuvent se rapprocher des autorités judiciaires pour avoir des informations sur l'arrestation de Bruno Kabatshi.