Côte d’Ivoire: les vœux de l’opposition égratignent Ouattara

Le chef du FPI, Pascal Affi N’Guessan, en août 2013.
© AFP PHOTO/SIA KAMBOU

En Côte d’Ivoire, le parti du Front populaire ivoirien a présenté ses vœux, mardi 7 janvier. Devant quelques centaines de militants, le président du FPI, Pascal Affi N’Guessan a jeté un bref regard rétrospectif sur les promesses du candidat Ouattara lors de la présidentielle de 2010 et sur ce que le chef de l’Etat a déjà réalisé. Trois ans après son arrivée au pouvoir, le compte n’y est pas au niveau de la sécurité, de la lutte contre la cherté de la vie, des libertés publiques et des droits de l’homme, de la justice et de la réconciliation nationale, selon l’opposant ivoirien.

Alors que le chef de l’Etat, Alassane Ouattara a dressé un bilan satisfaisant de l’année écoulée lors de sa présentation des vœux pour 2014, pour le président du FPI Pascal Affi N’Guessan, « L’année 2013 aura été encore une année d’épreuves, de frustrations et de tristesse ».

Reconnaissant que le pouvoir a fait des gestes de décrispation, mais pas encore assez, l’ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo réclame toujours la convocation des Etats généraux de la République. Il relance aussi un vieux débat, sans prononcer directement le mot « nationalité », Pascal Affi N’Guessan a remis sur la table cette question qui a longtemps éloigné Alassane Ouattara des compétitions électorales.

« Bavardages »

« Je l’ai entendu dire dans un de ses discours que les Etats généraux, c’est du bavardage. Mais quand il cherchait à être candidat, là il était d’accord pour les bavardages. Il a été partout. Maintenant, il n’aime pas les bavardages. En 2010 c’est Laurent Gbagbo qui l’a fait candidat. Mais Laurent Gbagbo n’est plus là et c’est la Constitution qui va s’appliquer. Comment va-t-il faire pour être candidat ? Il faut déjà qu’il sache qu’il n’est pas éligible ! Il peut le proclamer, mais il n’est pas éligible. Donc on lui donne une occasion qu’on se mette d’accord et que la question d’éligibilité ne soit plus un point de discorde. C’est ça les Etats généraux », a déclaré Pascal Affi N’Guessan.

Après s’être livré à une critique en règle de la gestion du pays depuis trois ans, Pascal Affi N’Guessan a fait ensuite un discours en forme de programme pour le FPI pour 2014. Avec une question clé : comment parvenir à une alliance formelle ou informelle avec le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) en vue des futures batailles électorales ?

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.