Reprise des combats au Soudan du Sud

Des soldats sud-soudanais à Juba, la capitale, le 21 décembre 2013.
© REUTERS/Goran Tomasevic

Les délégations sud-soudanaises, réunies en Ethiopie, n’ont toujours pas réussi à s'entendre. Les négociations, pour parvenir à un cessez-le-feu, achoppent toujours sur la question de la libération des prisonniers politiques. Une condition du camp de l'ancien vice-président, Riek Machar, refusée par celui de Salva Kiir. Sur le terrain, les combats ont repris autour de la ville de Bor et dans le nord du pays.

Les combats ont repris en plusieurs endroits au Soudan du Sud. Dans l'Etat de Jonglei, des journalistes soudanais signalent des affrontements entre l'armée et les hommes de Reik Machar. Autour de la ville de Bor, que les forces loyalistes ont juré de reprendre, des affrontements se sont produits, ce mercredi matin. La ville a changé trois fois de main depuis le début de l'insurrection, le 15 décembre dernier.

Offensive prochaine sur Juba ?

Dans l'Etat du Haut-Nil, les insurgés ont provoqué un début de panique en menaçant d'attaquer la ville de Malakal, mais les habitants qui s'étaient enfuis de la ville y sont retournés en milieu de journée constatant que le calme y régnait.

Certaines sources affirment en outre que Riek Machar envisage depuis mardi de lancer une offensive sur Juba depuis la ville de Mongalla à une quarantaine de kilomètres au nord de la capitale.

Négociations bloquées

Ce regain de tension intervient alors que les négociations, laborieusement entamées lundi, n'avancent pas. Mardi 7 janvier, une délégation venue d'Addis-Abeba a tenté sans succès d'obtenir du président Salva Kiir qu'il libère les prisonniers politiques, c'est-à-dire les cadres du SPLM favorables à Riek Machar. Le président ne veut pas faire cette concession qui est pourtant la condition posée par les insurgés pour conclure un cessez-le-feu.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.