Republier
Côte d'Ivoire

Cote d’Ivoire: le gouvernement incite les militaires exilés à rentrer au pays

Un militaire des FRCI dans la ville de Duékoué, en mai 2011.
© VORYCOAST-SECURITY/ REUTERS/Luc Gnago

En Côte d’Ivoire, le retour des exilés de la crise postélectorale de 2010-2011 fait partie des priorités du gouvernement pour cette année 2014, qui précède l’année de l’élection présidentielle. Parmi les quelque 80 000 Ivoiriens qui restent hors des frontières du pays figurent environ 300 militaires. Ils ont reçu il y a deux mois un ultimatum du chef de l’Etat, Alassane Ouattara : ils doivent rentrer sinon ils seront radiés de l’armée.

Plus de 100 militaires et quelques policiers ivoiriens sont rentrés d’exil il y a deux mois à peine, dont une large majorité de sous-officiers et de soldats du rang. En comptant les 50 éléments des ex-forces de défense et de sécurité arrivés depuis 2011, il y en a donc aujourd’hui 155 militaires qui ont regagné leur pays. Il en reste presque autant hors des frontières ivoiriennes.

A deux reprises, en octobre et en novembre dernier, le gouvernement ivoirien a lancé un appel aux militaires exilés pour qu'ils rentrent. Un appel appuyé par la menace de radier ceux qui ne se trouveraient pas sur le sol ivoirien au 30 novembre 2013, mais très peu ont suivi les consignes avant la fin de l’échéance. Le président ivoirien a alors décidé de lever cet ultimatum et d’abandonner la menace de radiation.

→ A (RE)LIRE : Le retour «sécurisé» des exilés en discussion en Côte d'Ivoire

Il y a une semaine, le ministre délégué à la Défense, Paul Koffi Koffi a déclaré qu’il n’y aura « pas de poursuites judiciaires contre ceux qui rentrent, même pas de sanctions au niveau de la hiérarchie militaire ». Le ministre a ajouté que ceux qui rentrent seront réintégrés et rétablis dans leurs droits. Paul Koffi Koffi a promis que ceux qui sont déjà arrivés commenceraient à toucher leurs soldes à la fin du mois de janvier.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.