Ethiopie: la visite de Shinzo Abe placée sous le signe de l'entrepreunariat nippon

Le Premier ministre japonnais Shinzo Abe et son homologue éthiopien Hailemariam Desalegn, à Addis Abeba, le 13 janvier 2014.
© REUTERS/Tiksa Negeri

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a achevé ce mardi 14 janvier une tournée de plusieurs jours en Afrique qui l’aura mené en Côte d’Ivoire, au Mozambique et enfin en Ethiopie, où il s’est exprimé devant l’Union africaine. Son objectif était de courtiser le continent, où son pays est encore peu présent, surtout en comparaison de son voisin chinois, très actif depuis plusieurs années. Cette visite, la première d’un chef du gouvernement japonais depuis 8 ans, lui a aussi permis de confirmer sa volonté de s’impliquer dans la résolution des conflits, en prévoyant 234 millions d’euros d’assistance dans ce secteur. Mais concernant l’Ethiopie, c’est bien l’aspect économique qui a été mis en avant, la délégation comprenant une cinquantaine d’entrepreneurs.

Avec notre correspondant à Addis Abeba, Grégoire Pourtier

Dès son arrivée à Addis Abeba, Shinzo Abe a rencontré la famille d’Abebe Bikila, la légende du marathon, médaille d’or olympique il y a tout juste 50 ans à Tokyo. Le Premier ministre japonais a fait sourire en racontant qu’à l’école, ses camarades de classe l’appelaient alors Abebe plutôt qu’Abe.

La victoire historique de Bikila n’a cependant déclenché aucune relation privilégiée du Japon avec l’Afrique, ni même avec l’Ethiopie, où une seule entreprise nippone est référencée. Il y a donc tout à faire, et le Premier ministre a d’abord mis l’accent sur l’agriculture, pour laquelle il prévoit d’injecter près de 5 millions de dollars, et sur l’énergie géothermale, puisque son pays a besoin de sécuriser ses ressources après la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Mais plus généralement, Shinzo Abe a aussi martelé que l’Afrique était un partenaire majeur de l’Abenomics, son ambitieuse politique économique.

2 milliards de prêt au secteur privé

« L’Afrique présente actuellement un développement très dynamique. Un continent qui rayonne n’est ainsi plus seulement la cible de l’aide internationale. Nos objectifs : le développement des ressources humaines et des infrastructures ; l’essor des échanges avec le Japon, et pas seulement avec une approche de haute technologie (high tech) ; encourager aussi les jeunes et les femmes ; augmenter les revenus des paysans et créer de nouvelles industries. Il y a beaucoup d’avantages pour l’Afrique à s’inspirer de l’expérience et de la sagesse du Japon. »

Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn a assuré que son pays ferait tout pour favoriser l’implantation d’entreprises nippones. Le Japon ne rattrapera pas du jour au lendemain son retard sur la Chine, premier partenaire économique de l’Afrique depuis cinq ans, mais Shinzo Abe a tout de même annoncé qu’il allait accorder 2 milliards de prêts au secteur privé, un chiffre doublé par rapport à 2012.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.