Djibouti : situation très tendue pour les opposants

Selon l'opposition djiboutienne, le parti du président Ismail Omar Guelleh (photo) a triché lors des dernières législatives.
© AFP PHOTO / POOL / DIEGO AZUBEL

A Djibouti, plusieurs opposants ont été arrêtés ce jeudi 16 janvier au matin alors qu'ils étaient en réunion au siège de l'Union pour le salut national (USN), la coordination de l'opposition. Au total, 53 personnes ont été transférées au centre de rétention administratif de Nagad, à la périphérie de Djibouti. Des affrontements entre militants de l'USN et des policiers auraient fait plusieurs blessés à la mi-journée. Les opposants ont été entre-temps libérés dans cette même journée. La situation est plus que jamais tendue pour les opposants de ce pays de la Corne de l'Afrique un an après les législatives dont la victoire est revendiquée par l'opposition. Joint par RFI, Hachim-Loïta Ahmed, représentant de UDJ (Union pour la démocratie et la justice) en Europe, estime que cette nouvelle série d'arrestations s'inscrit dans cette logique.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.