Présidence de transition en Centrafrique: les 8 candidats choisis sur des critères très sélectifs

Les habitants attendent le nom de leur futur président. Bangui, le 17 janvier 2014.
© REUTERS/Siegfried Modola

Huit candidats pour un fauteuil : celui de président de transition. En Centrafrique, le Conseil national a fait son choix parmi les 24 candidatures déposées. C'est ce lundi 20 janvier que l'on connaîtra le nom du président de transition. Il sera élu par le Parlement. Et après l'annonce de la liste des candidats, chaque entité des forces vives de la nation (partis politiques, associations...) présentes au Parlement, ont été invitées à désigner un représentant pour émettre un avis sur ces huit candidats.

Le CNT (Conseil national de transition) les avait invités à intervenir quinze minutes chacun pour donner leur avis sur la liste des 8 candidats à la présidence de transition.

Devant l’Assemblée, toutes les entités des forces vives de la nation étaient là : des représentants religieux, protestants, catholiques, musulmans ou syndicats, très irrités par le non-paiement des salaires de la fonction publique depuis quatre mois, en passant par la société civile qui demande, elle, à ce que les euros et les francs CFA ne circulent plus dans cette Assemblée.

→ A (RE) LIRE : Centrafrique : huit candidatures validées pour l’élection du président de la transition

Presque tous ont par ailleurs salué l’action du Parlement provisoire. Pas de consigne de vote, mais des conseils généraux avec beaucoup d’appels à élire un homme ou une femme compétents, capables de rassembler un pays fragilisé par les tensions intercommunautaires.

Appelés à intervenir, les anti-balaka ont montré au grand jour leur division interne avec d’un côté un courant se présentant comme pacifique et soutenant l’action du CNT et, face à lui, un autre courant anti-balaka favorable au contraire à la « restauration », selon ses mots, de l’ordre constitutionnel d’avant mars dernier.

A la tribune, le délégué de la Seleka s’est, lui, excusé de ne pas être au courant de l’ordre du jour. S’exprimant sur la question du cantonnement et du désarmement, il s’est vu rappeler par la présidente qu’il était là pour donner le sentiment de l’ex-Seleka sur la liste des 8 candidats à la présidence de transition dont l’élection a lieu lundi. Ce qu’il n’a finalement pas fait.


La liste des huit candidats retenus :

Numéro 1 : Ngombe Kette Jean Barkes
Numéro 2 : Kolingba Zanga Bilal Désiré
Numéro 3 : Kozimongo Régina
Numéro 4 : Mbrenga Takama Maxime Faustin
Numéro 5 : Samba-Panza Catherine
Numéro 6 : Patasse Ngakoutou Sylvain Eugène
Numéro 7 : Nakombo Emile Gros Raymond
Numéro 8 : Nali Mamadou Nestor