Centrafrique: Catherine Samba-Panza élue présidente de la transition - Afrique - RFI

 

  1. 16:10 TU Radio foot internationale
  2. 16:30 TU Journal
  3. 16:33 TU Radio foot internationale
  4. 17:00 TU Journal
  5. 17:10 TU Sessions d'information
  6. 17:30 TU Journal
  7. 17:33 TU Sessions d'information
  8. 17:40 TU Accents d'Europe
  9. 18:00 TU Journal
  10. 18:10 TU Décryptage
  11. 18:30 TU Journal
  12. 18:33 TU Sessions d'information
  13. 18:40 TU Débat du jour
  14. 19:00 TU Journal
  15. 19:10 TU Grand reportage
  16. 19:30 TU Journal
  17. 19:40 TU Sessions d'information
  18. 20:00 TU Journal
  19. 20:10 TU La bande passante
  20. 20:30 TU Journal
  21. 20:33 TU La bande passante
  22. 21:00 TU Journal
  23. 21:10 TU Couleurs tropicales
  24. 21:30 TU Journal
  25. 21:33 TU Couleurs tropicales
  1. 16:10 TU Couleurs tropicales
  2. 16:30 TU Journal
  3. 16:33 TU Couleurs tropicales
  4. 17:00 TU Journal
  5. 17:10 TU Sessions d'information
  6. 17:30 TU Journal
  7. 17:33 TU Sessions d'information
  8. 17:40 TU Accents d'Europe
  9. 18:00 TU Journal
  10. 18:10 TU Grand reportage
  11. 18:30 TU Sessions d'information
  12. 19:00 TU Journal
  13. 19:10 TU Décryptage
  14. 19:30 TU Journal
  15. 19:40 TU Débat du jour
  16. 20:00 TU Journal
  17. 20:10 TU La bande passante
  18. 20:30 TU Journal
  19. 20:33 TU La bande passante
  20. 21:00 TU Journal
  21. 21:10 TU Radio foot internationale
  22. 21:30 TU Journal
  23. 21:33 TU Radio foot internationale
  24. 22:00 TU Sessions d'information
  25. 22:30 TU Sessions d'information
fermer

Afrique

République centrafricaine

Centrafrique: Catherine Samba-Panza élue présidente de la transition

media Catherine Samba-Panza. RFI

Un deuxième tour a été nécessaire, mais à l’issue de celui-ci, les 135 membres du CNT, le Parlement provisoire centrafricain, réunis ce lundi 20 janvier à Bangui, ont élu l’actuelle maire de la capitale, Catherine Samba-Panza à la présidence de la transition. Elle était opposée à Désiré Kolingba, fils de l’ancien chef d’Etat André Kolingba.

Les Centrafricains ont dû patienter un peu plus qu’attendu. Les membres du Parlement provisoire centrafricain, ne sont parvenus à élire un président qu’à l’issue de deux tours, en début d’après-midi ce lundi. Un second tour, organisé dans la foulée du premier, qui a opposé la maire de Bangui, Catherine Samba-Panza à Désiré Kolingba, fils de l’ancien chef d’Etat André Kolingba, décédé en 2010. Preuve peut-être que la situation en Centrafrique ne devait souffrir d'aucun retard. Et la première est sortie vainqueur de ce duel au sommet, par 75 voix contre 53.

Catherine Samba-Panza a pourtant frôlé l’élection dès le premier tour : avec 64 voix, il lui en manquait une pour obtenir la majorité absolue.

Aucun incident majeur n’a en revanche entaché le déroulement du scrutin. Les candidats ont pu se présenter pendant huit minutes chacun. C’est Ngombe Kette Jean Barkes, ancien maire de Bangui, qui a commencé. Comme la plupart de ses adversaires, il a promis de restaurer la sécurité et l'économie, et de permettre aux centaines de milliers de déplacés de rentrer chez eux. Beaucoup de promesses également de désarmement et de réintégration des ex-Seleka et des milices anti-balaka.

Couacs

Tout juste peut-on relever quelques couacs, notamment lorsque l’une des candidats se trompe sur son âge et se dit âgée de 21 ans avant de se reprendre. Un autre candidat a par ailleurs suscité quelques rires en se présentant comme le vingtième sultan de Bangassou, bardé de diplômes, « des diplômes qu’aucun Centrafricain n’a obtenus », selon ses mots.

Beaucoup plus d’attention en revanche au moment du discours de Catherine Samba-Panza, l’actuelle maire de Bangui que beaucoup considéraient, à juste titre donc, comme l’une des favorites et qui a fait valoir son expérience de médiatrice et sa sensibilité de femme, « de mère désireuse de voir ses enfants vivre en paix ».

Soldats européens en Centrafrique

Une élection qui intervient alors que l’Union européenne vient de donner son feu vert pour l’envoi d’une force d’appui aux soldats français et africain en RCA. Une force qui comprendrait près de 500 hommes.

  → A (RE)LIRE : Les Vingt-Huit donnent leur feu vert à une mission militaire européenne en RCA

Par ailleurs, la communauté internationale s’est engagée ce même jour, à Bruxelles, à débloquer près de 500 millions de dollars pour venir en aide à la Centrafrique en 2014, selon les déclarations de l’Union européenne et des Nations unies.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.