Catherine Samba-Panza officiellement présidente de Centrafrique

Catherine Panza-Panza est désormais officiellement présidente de la Centrafrique.
© REUTERS/Siegfried Modola

Catherine Samba-Panza a prêté serment à Bangui, ce jeudi 23 janvier 2014. La cérémonie d'investiture est terminée. A 59 ans, elle est la première femme à diriger le pays. Elle entend concentrer ses efforts sur la sécurité, sur l'humanitaire et sur le développement économique.

L'investiture de Catherine Samba-Panza a duré environ une heure. Désormais présidente de la transition, elle a prêté serment après avoir été investie par le président de la Cour constitutionnelle.

Dans l'hémicycle de l'ex-Assemblée nationale, la cérémonie s'est déroulée en présence du chef de l'Etat gabonais Ali Bongo, assis à côté de Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères.

Les représentants de tous les Etats parrains de cette transition centrafricaine étaient également présents : le Premier ministre camerounais, les ministres des Affaires étrangères du Congo-Brazzaville et du Tchad.

→ A (RE)LIRE : L'interview de Catherine Samba-Panza sur RFI

La présidente a remercié toute cette communauté internationale pour son soutien à cette transition. Elle a encore une fois délivré un discours d'apaisement, appelant chacun à déposer les armes.

Mme Samba-Panza s'est montrée déterminée, aussi : « Rien ne me fera dévier de ma feuille de route ; répondre à l'urgence sécuritaire, humanitaire et économique, mais aussi mener le pays vers des élections depuis un an. »

La pacification du pays reste la priorité de la présidente de transition. Le porte-parole de l'état-major des armées français indique qu'un « calme précaire règne à Bangui ». Les points de tension restent concentrés autour de la sortie nord de la capitale.

Je lance un appel pressant à toutes les forces vives de la nation: partis politiques, syndicats, société civile, confessions religieuses... à se remettre au travail dès lundi.
Extrait du discours d'investiture de Catherine Samba-Panza
23-01-2014 - Par RFI


■ En France, confiance et espoir

« Votre tâche est difficile. Mais lorsque nous avons appris que c'était vous qui étiez choisie, nous avons su que c'était une femme remarquable qui allait être à la tête du pays, a assuré Laurent Fabius. Il y a la sécurité, l'aspect humanitaire, la préparation des élections... il faut tout simplement redonner confiance et permettre à ce pays de reprendre confiance. Nous serons à vos côtés. »

En marge d'une rencontre avec monseigneur Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui, le président François Hollande a salué dans l'investiture de Catherine Samba Panza un « signe d'espoir ». Il espère que « la réconciliation va pouvoir s'engager, que la sécurité va pouvoir être progressivement rétablie et que la population va être préservée du drame de la faim ou pire, des exactions. »

Les autorités religieuses ont entamé une tournée en Europe pour convaincre les pays qui ne connaissaient pas « l'exactitude de la situation en Centrafrique », assurant que c'était grâce à elles que l'Europe avait pris la décision d'envoyer des soldats et de fournir une aide humanitaire à hauteur de 365 millions d'euros.

→ À (RE)LIRE : Les hérauts de la paix centrafricains devant le Parlement français

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.