Madagascar: Andry Rajoelina remet la clef de l’île à son successeur

A Madagascar, Andry Rajoelina, le président sortant lors de la passation de pouvoir avec son successeur, Hery Rajaonarimampianina, le 24 janvier 2014.
© AFP PHOTO / RIJASOLO

A Madagascar, l’ancien président a passé la main à son successeur et allié Hery Rajaonarimampianina, ce vendredi 24 janvier 2014, avant son investiture samedi. Andry Rajoelina a souhaité à son allié beaucoup de succès et lui a donné sa bénédiction. Le nouveau président élu ne s’est pas exprimé durant la cérémonie.

A chacun de 1 500 invités, une écharpe à l’effigie d’Andry Rajoelina a été distribuée, ce vendredi matin, à l’entrée du palais présidentiel. C’est donc une assemblée orange, couleur du président de la transition, qui a accueilli Hery Rajaonarimampianina. Le nouveau président élu, visage tendu durant toute la cérémonie, n’a pas pris la parole.

Andry Rajoelina dans son discours a remercié tour à tour le peuple malgache, les médiateurs internationaux, les forces de l’ordre, ses collaborateurs, sa femme, ses enfants. Un discours plein d’émotion et d’ailleurs, dans l’assemblée, certains de ses partisans ont fondu en larmes

→ A (RE)LIRE : Hery Rajaonarimampianina: «Je veux rétablir la confiance entre la population et ses dirigeants»

Au moment de la passation, toute symbolique, Andry Rajoelina a remis à Hery Rajaonarimampianina une clé dorée géante : « Je remets à Rajaonarimampianina cette clé, qui est la clé de Madagascar, celle qui peut nous mener au développent et au succès pour la patrie, pour Madagascar. »

Le nouveau président a ensuite quitté le palais en catimini alors qu’Andry Rajoelina s’est offert un bain de foule. Pour son proche conseiller Augustin Andriamananoro, son avenir est désormais à la primature : « Je pense qu’il est aujourd’hui le personnage idéal pour occuper ce poste de Premier ministre, pour continuer également le chantier qu’il a déjà mené depuis qu’il a pris la transition. »

Le Mapar, la plateforme des candidats pro-Rajoelina, a remporté un tiers des sièges lors des législatives. Il est donc en position de force pour nommer le futur Premier ministre.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.