Niger: les interpellations de journalistes se poursuivent - Afrique - RFI

 

  1. 19:00 TU Journal
  2. 19:10 TU Grand reportage
  3. 19:30 TU Journal
  4. 19:40 TU Sessions d'information
  5. 20:00 TU Journal
  6. 20:10 TU La bande passante
  7. 20:30 TU Journal
  8. 20:33 TU La bande passante
  9. 21:00 TU Journal
  10. 21:10 TU Couleurs tropicales
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Couleurs tropicales
  13. 22:00 TU Sessions d'information
  14. 22:30 TU Sessions d'information
  15. 23:00 TU Journal
  16. 23:10 TU Accents d'Europe
  17. 23:30 TU Journal
  18. 23:33 TU Danse des mots
  19. 19:00 TU Journal
  20. 19:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  21. 19:30 TU Journal
  22. 19:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  23. 20:00 TU Journal
  24. 20:10 TU Musiques du monde
  25. 20:30 TU Journal
  1. 19:00 TU Journal
  2. 19:10 TU Décryptage
  3. 19:30 TU Journal
  4. 19:40 TU Débat du jour
  5. 20:00 TU Journal
  6. 20:10 TU La bande passante
  7. 20:30 TU Journal
  8. 20:33 TU La bande passante
  9. 21:00 TU Journal
  10. 21:10 TU Radio foot internationale
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Radio foot internationale
  13. 22:00 TU Sessions d'information
  14. 22:30 TU Sessions d'information
  15. 23:00 TU Journal
  16. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  17. 23:30 TU Journal
Urgent

Dans un discours prononcé devant la foule sur la place de la Nation, rebaptisée «place de la révolution», le lieutenant-colonel Zida a annoncé la suspension de la Constitution. Mais il ne s'exprime pas au nom du chef d'état-major, proclamé chef de l'Etat un peu plus tôt dans la journée. Une partie de l'armée semble ne pas reconnaître l'autorité du général Traoré. Le lieutenant-colonel Zida est le commandant adjoint du Régiment de sécurité présidentielle.Suivez en direct l'évolution de la situation.

fermer

Afrique

EN BREF Mahamadou Issoufou médias Niger Brèves Culture

Niger: les interpellations de journalistes se poursuivent

media Mahamadou Issoufou, président de la République du Niger ©RFI/Delphine Michaud

Trois nouvelles interpellations ont eu lieu lundi 27 janvier au Niger : deux journalistes et un membre de la société civile. Il s'agit d'Ousmane Dambadji, directeur de publication du journal L'Union, de l'animateur de la chaîne de TV privée Canal 3,  Zakari Adamou, et de Nayoussa Djimaraou, secrétaire général du mouvement pour la promotion de la citoyenneté responsable.Tous les trois ont été convoqués à la direction de la police judiciaire suite à un débat télévisé il y a une semaine sur Canal 3.

Ce lundi, deux journalistes et un opposant avaient, eux, été libérés après avoir été entendus par le procureur de la République qui avait estimé qu'il n'y avait pas matière à poursuite. Marou Amadou, le garde des Sceaux, avait prévenu la semaine dernière que le gouvernement ne tolèrerait plus certains dérapages de la presse.

Boubacar Diallo, président de la Maison de la presse, se dit inquiet. Pour lui, on est en train d'assister à une véritable remise en cause des acquis.

Le pouvoir est acculé de toutes parts [...]. Ne sachant quoi faire, on s'acharne sur les proies les plus faciles, notamment les journalistes qui relaient l'information...
Boubacar Diallo Président de la Maison de la presse 28/01/2014 - par Marie-Pierre Olphand écouter

Doudou Rahama, membre de la Convention démocratique et sociale (CDS) fait partie des trois personnes libérées ce lundi. Il dénonce l'attitude du pouvoir, qui cherche à museler la démocratie, dit-il.

Nous n'avons jamais vu cette façon de faire. [...] Il faut que le pouvoir comprenne que nous sommes au XXIe siècle et que le peuple est mûr, il connaît et respecte la loi...
Doudou Rahama Membre de la CDS 28/01/2014 - par Marie-Pierre Olphand écouter

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.