Le Gabon a un nouveau gouvernement

Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba,.
© REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le Premier ministre Daniel Ona Ondo a formé son équipe. Elle est composée de 33 membres dont 5 femmes, dont la plupart étaient déjà présents dans le gouvernement précédent. Daniel Ona Ondo a été nommé le 24 janvier pour succéder à Raymond Ndong Sima. Un changement voulu par le président gabonais Ali Bongo.

Les postes clefs reviennent à des fidèles d’Ali Bongo. Ernest Mpouo, député suppléant du chef de l’Etat, est bombardé ministre de la Défense. Guy Bertrand Mapangou, actuel président du conseil national de la Communication est promu ministre de l’Intérieur. Un poste clef dans la perspective de l’élection présidentielle de 2016 dont Ali Bongo est l’un des probables candidats.

Etienne Dieudonné Ngoubou est maintenu au Pétrole tout comme Régis Immongault Tatangani auxMines. Les Affaires étrangères restent dans les mains d’Emmanuel Issozet Ngondé, un diplomate de carrière.

Pour la première fois, les Gabonais de l’étranger ont un ministre, il s’agit d’Alexandre Tapoyo.

Seize ministres quittent le gouvernement. L’opposition est complètement absente. Le nombre de femmes passe de 7 à 5. Le N°3 du gouvernement est une femme, Brigitte Anguilet Mba s’occupera de la Prévoyance sociale et de la Solidarité nationale.

« C’est un gouvernement d’ambitions sociales », souligne un communiqué de la présidence de la République. Un politologue estime plutôt qu’Ali Bongo prépare déjà l’élection présidentielle de 2016.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.