Republier
ONU RDC Rwanda

Après avoir annoncé la fin des hostilités, les FDLR peinent à convaincre

Des combattants des FDLR à Lushebere, dans l'est de la RDC, en novembre 2008.
© AFP PHOTO/ Tony KARUMBA

Les Forces démocratiques de libération du Rwanda se disent prêts à remettre leurs armes à la Monusco et au gouvernement rwandais, a déclaré à RFI le secrétaire exécutif intérimaire des rebelles rwandais. Le gouvernement congolais estime que la démarche est encourageante, mais la Monusco se montre prudente.

Kigali a immédiatement rejeté la négociation proposée par les FDLR pour résoudre la crise au Rwanda. Ce groupe armé étranger qui prétend combattre le régime rwandais a commis de nombreux crimes en territoire congolais, a pour sa part tenu à rappeler le porte-parole du gouvernement de Kinshasa, Lambert Mendé.

→ (RE)LIRE : Rwanda: le secrétaire exécutif par intérim des FDLR annonce la fin des hostilités

« Nous attendons d’eux qu’ils cessent toutes les opérations offensives contre un pays qui n’est pas le leur et pour lequel ils n’ont rien à revendiquer. Ensuite, qu’ils se désarment, se démobilisent et acceptent de participer au programme de rapatriement vers leur pays. Pour le reste, c’est un problème qui concerne leur pays », a ajouté Lambert Mendé.

Mais le porte-parole du gouvernement congolais prévient : « Nous allons continuer à les pourchasser jusqu’à ce que nous ayons la preuve qu’effectivement, les choses se sont arrêtées de leur côté. Des obligations de précaution s’imposent. » « Ceux qui déposent les armes, ceux qui se proposent à l’opération DDR [désarmement, démobilisation et réintégration, NDLR], bénéficient de la protection des autorités congolaises et de la communauté internationale », a-t-il néanmoins assuré.

La Monusco se montre également méfiante. Elle dit vérifier si la déclaration des FDLR engage l’ensemble du mouvement ou si elle ne représente que le point de vue de quelques-uns. Pour la force des Nations unies en RDC, les FDLR cherchent peut-être à gagner du temps. Car après la défaite du M23, ils sont devenus la nouvelle cible des opérations contre les forces négatives au Nord-Kivu.

Mais selon une source proche des FDLR, la nouvelle direction du mouvement tente de convaincre les anciens, parmi lesquels des personnes accusées de génocide, en vue de dialoguer avec le gouvernement rwandais. Sur le terrain, les observateurs confirment le peu d’activité militaire des FDLR depuis plusieurs semaines à l'exeption de L’accrochage du 13 janvier dans le parc des Virunga.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.