Mauritanie: une femme à la tête de la mairie de Nouakchott

Vue aérienne de Nouakchott, Mauritanie.
© Wikimedia

Elle s'appelle Maty Mint Hamady et c'est la nouvelle présidente de la communauté urbaine de Nouakchott en Mauritanie. Madame le maire va chapeauter les neuf communes de la capitale mauritanienne. Maty Mint Hamady n'est pas la première femme maire du pays, mais la première à diriger la mairie centrale de Nouakchott.

Maty Mint Hamady considère que son élection est une distinction pour les femmes mauritaniennes, un motif d'encouragement. C’est vrai qu'il est exceptionnel qu'une femme dirige la capitale d'un pays arabe ; Maty Mint Hamady était jusque-là ministre de la Fonction publique.

Elle a grandi dans une famille engagée en politique, dans un milieu nationaliste arabe. Mais elle-même n'a jamais exercé de responsabilité locale et n'a jamais siégé au conseil municipal d'une commune. C'est donc un baptême du feu pour elle.

Cogestion avec l'opposition

Le chantier qui l'attend est immense : Nouakchott est une ville tentaculaire, qui concentre presque un tiers des habitants du pays et qui a connu une expansion anarchique depuis sa création il y a 60 ans. Son prédécesseur, l'homme d'affaires Ahmed Hamza a d'ailleurs regretté dans sa lettre d'adieu de ne pas avoir eu les moyens de faire tout ce qu'il espérait pour la ville.

Maty Mint Hamady va partager la gestion de Nouakchott avec l'Alliance populaire progressiste, le parti du président sortant de l'Assemblée. L'APP a décidé d'apporter son soutien au parti présidentiel en échange de la première vice-présidence de la commune et de deux commissions. L'APP, jusque-là dans l'opposition dite dialoguiste, assure qu'il s'agit d'un accord « temporaire ». L'avenir dira si cette alliance avec le pouvoir ne s'arrête effectivement que là.