La mort de l’assassin présumé de Chokri Belaïd fait la Une de la presse tunisienne

Chokri Belaïd.
© AFP / Belaïd

Le face à face dans la banlieue de Tunis a duré près de vingt heures, le 4 février, avant l’annonce dans la soirée de la part des autorités tunisiennes de la mort de l’assassin de l’opposant Chokri Belaïd. Parmi les sept hommes présentés comme des terroristes qui ont été abattus lors de cet assaut à Raoued, il y aurait donc l’auteur présumé du meurtre, Kamel Gadhgadhi, un chef du groupe Ansar al-Charia. Ce mercredi, La presse tunisienne relaie largement l’événement.

A la Une des journaux tunisiens, des photos des hommes des forces de l’ordre qui ont tué l’assassin présumé de Chokri Belaïd. L’opération de ce mardi s’étale dans tous les médias. Le journal La Presse titre « Gadhgadhi est mort, mais.. », soulignant que « L’idéal était de les avoir tous vivants ». Autre son de cloche pour le journal Al Tahrir pour qui « Le terrorisme vacille ».

Le site internet Businessnews, reprend les propos de la députée Karima Souid suite aux déclarations du ministre de l’Intérieur. La députée disait « Annoncer à deux jours de la commémoration des un an de la mort de Chokri Belaïd, "nous avons tué l’assassin", je ne vous crois pas. Le pire serait que l’on ne dénonce plus, que l’on ne s’indigne plus ».

Date opportune

Le site Kapitalis reprend le témoignage du propriétaire de la maison où s’étaient réfugiés les hommes armés. Selon lui, les agents de la sécurité l’auraient contacté. Il leur aurait alors fourni les plans de l’intérieur de son domicile.

Sur le site Webdo, un journaliste s’interroge sur la date opportune de l’opération et se demande ce que faisait Kamel Gadhgadhi dans cette maison. Il s’interroge sur le timing et s’étonne sur la nature des armes utilisées dans l’affrontement. Il conclut son article en disant que « l’opération de Rouaed a bien réussi, mais qu’elle suscite de nombreuses interrogations ». Des interrogations partagées par plusieurs médias ce mercredi matin.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.