Burkina Faso: l’opposition réagit favorablement aux préconisations du médiateur

Blaise Compaoré, le président burkinabè.
© REUTERS/Noor Khamis

Deuxième round de négociations, hier, mercredi 5 février, entre pouvoir et opposition pour tenter de sortir le pays de la crise. Au coeur du débat : les projets de révision constitutionnelle qui permettrait notamment au président Blaise Compaoré, de se présenter pour un nouveau mandat en 2015. La deuxième réunion a été courte. Ce dialogue est placé sous la médiation de l'ancien président Jean-Baptiste Ouédraogo. Le médiateur s'est prononcé contre la modification de la Constitution. Il a recommandé la création d'un Sénat, avec une composition concertée avec l'opposition. Réaction de cette dernière : maître Bénéwendé Sankara, président de l'Unir-PS (Union pour la Renaissance - Parti Sankariste) se dit satisfait et demande au pouvoir d'accepter un compromis autour du départ du chef de l'Etat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.