Centrafrique: les Nations unies condamnent fermement le lynchage d’un homme par les Faca

Des membres des forces centrafricaines durant la visite de la nouvelle présidente Catherine Samba-Panza, le 5 février 2014.
© REUTERS/Siegfried Modola

En Centrafrique, le lynchage hier, mercredi 5 février, d'un homme en public, après une cérémonie de remobilisation des forces armées, les Faca, fait réagir les Nations unies, mais aussi la France. Le général Babacar Gaye, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU, demande qu'une enquête ait lieu et que des sanctions soient prises. Il l'a dit, lors d'une conférence de presse ce jeudi matin.

De son côté, la France condamne ces « actes odieux » et demande - aussi - des « sanctions exemplaires ». La Fédération internationale des droits de l'homme, elle, voit dans ce qui s'est passé le signe qu'on peut toujours tuer en toute impunité en Centrafrique. Pour la FIDH, « il est urgent de réactiver la justice et d'enquêter sur les crimes quels que soient ceux qui les commettent, la Seleka, les anti-balaka ou les FACA ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.